A Bordeaux, 10 châteaux viticoles chinois saisis par la justice

Edouard-Philippe-Xi-Jinping-juin-2018-lemaire-hebdo-vin-chine
Visite officielle d’Edouard Philippe en Chine
26/06/2018
HNA-chine-mort-lemaire-hebdo-vin
Le patron du groupe chinois HNA meurt en France
05/07/2018

02 07 18 –

A Bordeaux, 10 châteaux viticoles chinois saisis par la justice

Ils ont été saisis pour des infractions dans les montages financiers ayant permis leur acquisition.

Il y a 20 ans environ, Naijie Qu a fondé le groupe Haichang ; basé à Dalian, il est présent dans le transport maritime, le pétrole, le tourisme et l’immobilier. En 2013, son directeur général Li Hengrui expliquait les achats diversifiés : « Haichang va se développer dans le haut de gamme ; c’est l’avenir pour la Chine et la ville de Dalian qui se veut en pointe dans le domaine de la mode et du luxe. Nous sommes à un stade où les Chinois aspirent à une plus grande satisfaction matérielle et spirituelle. Le vin, la culture française, le romantisme, cela correspond parfaitement à ce qu’ils cherchent, disait-il. Acquérir des châteaux français est une manière de produire des vins authentiques. »

En novembre 2015, la famille Qu est propriétaire de 25 châteaux bordelais souvent dotés de maisons prestigieuses, qui totalisent près de 550 hectares de vignes. Pour exploiter ses acquisitions, le groupe Haichang a créé sa filiale : Lamont financière.

La Cour des comptes chinoise et la justice française

La Cour des comptes avait délivré, le mercredi 25 juin 2014, son rapport sur l’année 2013, et suspectait 314 cas de « violations majeures de la loi et de la discipline ». La campagne anti-corruption lancée par Pékin accusait la firme d’investissement Ruiyang (propriétaire de château Les Brettes, et le Groupe Haichang d’avoir acquis des vignobles français avec des fonds publics chinois, d’avoir acheté des vignes et 14 châteaux à la place de technologies étrangères, d’avoir donc détourné des subventions à hauteur de 32 millions d’euros alloués par l’État. De façon insolite, l’État chinois se retrouve propriétaire de biens viticoles. Si les vignes sont exploités et le vin vendu par la Marque Lamont, les bâtissent superbes sont à l’abandon pour la plupart.

Depuis 4 ans, la PJ enquêtait, avec l’Office central pour la répression de la grande délinquance financière (OCRGDF), sur les 24 châteaux qui représentent 34 marques, du groupe Haichang.

Naijie Qu vient donc de se faire saisir 10 châteaux – les 14 autres domaines sont épargnés, étant pour l’instant fiscalement en règle – pour un montant de 30 millions d’euros. La cause : ses 24 châteaux auraient servi de prétexte pour des blanchiments d’argent. Sur les 55 millions d’euros investis dans le vignoble bordelais, 32 (voire 43 selon d’autres sources) provenaient donc de fonds publics chinois : les autorités locales avaient confié cette somme pour l’acquisition de technologies étrangères. Il aura fallu 4 ans aux enquêteurs de différents services de lutte contre la fraude financière en France pour en arriver là. Cependant, l’affaire est encore loin d’être terminée et pourrait connaître des rebondissements dans les prochains mois.
«Pour dix châteaux, on a découvert un certain nombre d’infractions fiscales: blanchiment de fraudes fiscales, faux, usages de faux, etc. On a saisi durant le 2e trimestre 2018 ceux pour lesquels le mode d’acquisition était illicite», a indiqué la police judiciaire.
« On a fait appel de l’ordonnance de saisie qui n’est qu’une saisie empêchant de vendre et qui n’indique aucune culpabilité », a déclaré à l’AFP Maxime Delhomme, avocat parisien du groupe Haichang. La suite de l’enquête a été confiée au parquet national financier à Paris.

Parmi les 10 châteaux saisis, on trouve, selon le journal Sud Ouest, les châteaux Chabiran, Fantin, La Gatte, Grand Jour en photo ci-dessous, Jonqueyres et Sogeant.

Grand-jour-haichang-lemaire-hebdo-vin-chine

le Vin, le Rouge, la Chine

Edition n°12
Les 158 vignobles français achetés par les Chinois sont décrits : 146 Châteaux de Bordeaux, 10 vignobles en France, 2 Maisons de cognac.
Pourquoi ces vignobles sont-ils en vente ? Pourquoi les Chinois les achètent-ils ?
255 pages et 350 photos de Laurence Lemaire, préfacées par Alain Juppé et Alain Rousset.
Version numérique en PDF mise à jour au quotidien – 8€, et sa version papier en librairie mise à jour tous les 3 mois sont en vente sur ce blog et sur le site www.levinlerougelachine.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

error: Contenu protégé