CFOSat le 1er satellite météo franco-chinois

Best-Of-wine-tourism-lemaire-hebdo-vin-chine
Best Of Wine Tourism 2019 de Bordeaux, le palmarès
26/10/2018
Route-de-la-Soie-lemaire-hebdo-vin-chine
les Nouvelles Routes de la Soie à Paris
31/10/2018

29 10 18 – Le 1er satellite franco-chinois a été lancé dans l’espace pour observer le réchauffement climatique.
Ce satellite est chargé d’étudier le vent et les vagues à la surface des mers et d’améliorer les prévisions météorologiques marines

CFOSat le 1er satellite météo franco-chinois

La Chine a lancé, lundi 29 octobre 2018, un satellite construit, pour la première fois, en collaboration avec la France. La fusée Longue Marche-2C a décollé à 8h43 heure locale, depuis la base de lancement de Jiuquan en Mongolie intérieure. Le satellite est baptisé CFOSat China France Oceonography Satellite.

Cet engin va scruter les océans pour mieux prédire les effets du changement climatique. Il va étudier le vent et les vagues à la surface des mers 24 heures sur 24, et ainsi améliorer les prévisions météorologiques marines. Il servira également à prévoir, avec davantage de précisions, les fortes tempêtes ou les cyclones et permettra aux climatologues de mieux comprendre les interactions entre les océans et l’atmosphère, jouant un rôle crucial dans le climat.

Conçu par les agences spatiales française CNES Centre National d’Etudes Spatiales, et chinoise CNSA China National Space Administration, il a embarqué 2 radars : le SWIM français qui mesure la direction et la longueur d’onde des vagues, et le SCAT chinois qui analyse la force et la direction des vents. La simultanéité de ces deux instruments est une première scientifique.

Placé en orbite autour de la Terre à une distance de 520 km, le satellite a une durée de vie de 3 ans. Les données seront collectées et analysées par des stations terrestres situées dans les 2 pays : la Chine va avoir la charge du contrôle et des commandes du satellite depuis le centre de Xi’an ; le CNES va se charger de la programmation et de la surveillance du radar SWIM depuis le centre de Toulouse. « Chaque pays fera l’acquisition de l’ensemble des données scientifiques de SCAT et de SWIM, grâce à 2 stations de réception françaises basées au Canada et en Suède et 3 sur le territoire chinois. Chaque pays partenaire pourra ainsi assurer une redondance de la chaîne de réception et de traitement de la télémesure scientifique », précise le CNES.

« C’est historique. C’est la première fois qu’un satellite est fait par la Chine en coopération internationale. Et le fait que ce soit avec la France montre l’intensité des liens qui nous lient à la Chine », a déclaré Jean-Yves Le Gall, président du CNES.

Le projet a été lancé en 2007. Il a été mené en coopération avec le CNRS Centre National de la Recherche Scientifique, IFREMER Institut Français de Recherche pour l’Exploitation de la Mer, et Météo France.

Satellite-franco-chinois-lemaire-hebdo-vin-chine

le Vin, le Rouge, la Chine

Edition n°13
Les 161 vignobles français achetés par les Chinois sont décrits : 149 Châteaux de Bordeaux, 10 vignobles en France, 2 Maisons de cognac.
Pourquoi ces vignobles sont-ils en vente ? Pourquoi les Chinois les achètent-ils ?
255 pages et 350 photos de Laurence Lemaire, préfacées par Alain Juppé et Alain Rousset.
Version numérique en PDF mise à jour au quotidien – 8€, et sa version papier en librairie mise à jour tous les 3 mois sont en vente sur ce blog et sur le site www.levinlerougelachine.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

error: Contenu protégé