La bourse en Chine tousse en août 2015, le monde s’enrhume

Lurton-lemaire
Le Malbec à Cahors , en Argentine, pour le Chine
25/08/2015
plisson-une-laurence-lemaire-hebdo-vin-chine
Le film Le Grand Jour est projeté à Pauillac
02/09/2015

Quand la Chine s’éveillera, le monde tremblera
Quand la Chine tousse, le monde s’enrhume

La bourse en Chine tousse en août 2015, le monde s’enrhume

«La population jusqu’ici acceptait la dureté du monde du travail, la pollution de l’air, les restrictions des libertés civiques parce qu’elle entrevoyait un avenir meilleur. Si le doute s’installe, l’effet peut être détonant.» écrit Guillaume Goubert dans La Croix du 26 août 2015.
«La crise de 2008 se perpétue car ses causes n’ont pas été traitées. Elle est avant tout une crise du déséquilibre de la mondialisation, dû pour une large part à l’hégémonie vacillante de l’économie américaine.» écrit Dominique de Villepin dans Les Echos du 27 août 2015.

Et pendant ce temps, le port commercial de Tianjin tente de panser ses blessures depuis les explosions dévastatrices du 12 août 2015, qui ont fait 129 morts. Tianjin, cette ville de 15 millions d’habitants, a profité d’une croissance économique frénétique ces 30 dernières années : son port commercial était l’un des plus importants du monde ; il tourne au ralenti ; les circuits logistiques des firmes se trouvent bousculés ou paralysés.

tianjin1-reuters-kim-kyung-hoon

tianjin-pompiers-lemaire
Comme pour la catastrophe industrielle de Tianjin (photos ci-dessus), la Chine a gèré de manière très minutieuse le flot d’informations sur le lundi noir de la Bourse de Shanghai afin d’éviter la contagion et la panique.
Le site anglophone The Nanfang écrit : «Sur le moteur de recherche de Baidu, le Google chinois, les mots-clés associés au krach sont relayés vers sur une page d’erreur qui indique : ‘’En raison des règles et de la politique, certains résultats de recherche ne seront pas montrés’’.» Les Chinois qui prennent la peine de les chercher, trouvent des informations relativement complètes même si l’accent est mis sur la chute des marchés dans le reste du monde. Par principe, si on n’en parle pas, cela n’existe pas.

En Chine continentale, les jeux d’argent sont interdits afin de préserver le portefeuille du petit peuple avide d’addiction aux paris.

crise-bourse-kazuhiro-nogi-afp
Devenue l’atelier du monde ces 30 dernières années, la Chine a accumulé d’énormes quantités d’argent. Les Chinois les ont investies en obligations d’Etat principalement américaines, et surtout dans l’immobilier en Chine dans la construction de buildings pour les nouvelles villes, puis ailleurs comme dans les châteaux viticoles en France ces dix dernières années. Les Chinois ont ensuite misé leur argent en Bourse ; les marchés ont connu une très forte progression.
«80% des 90 millions d’investisseurs sont des petits porteurs, explique Aviva Fried sur Europe 1. Réunis à Pékin dans des salles où sont affichés les cours, ils passent ainsi leur journée assis en grignotant quelques biscuits ou en buvant quelques gorgées de thé de leur thermos. Sur les panneaux lumineux, le vert domine. Mais dans l’ancien Empire du milieu, cela signifie que la bourse est à la baisse, les hausses étant affichées en rouge, symbole de chance en Chine. »

La décision de la banque centrale chinoise, le 11 et le 14 août, de dévaluer sa monnaie afin de booster ses exportations, n’a eu aucun effet positif.
Le mardi qui a suivi le plongeon de 8,5% à Shanghai a été rouge ou vert selon le pays…. Le CAC 40 a terminé en hausse de 4,14%, comme les Bourses de Londres (+3,09%), de Francfort (+4,97%) et de Milan (+6%.).
A Pékin, les investisseurs ont continué de se délester de leurs titres ; Taiwan et Hong Kong ont yoyoté puis rebondi.
La Bourse : lorsque le 1er de la course ralentit, tout le peloton s’adapte : ainsi font le contrefacteur, copieur, petits-bras…Et la baisse des cours concerne tout le monde. «Je vais faire le plein d’essence, je reviens », disait la brève de comptoir ce jeudi  Bordeaux.

Si la Chine produit moins, elle achète moins de matières premières au Monde. De plus, son yuan affaibli rend plus chères les marchandises étrangères ; les exportations vers ce pays vont ralentir. Les touristes chinois perdent leur pouvoir d’achat lorsqu’ils sont à l’étranger, et seront moins dépensiers lors de leurs voyages.

crrise-bourse-greg-baker-afp
Photos © Greg Baker (Chine) et Kazuhiro Nogi (Tokyo ci-dessus) AFP
© Kim Kyung-Hoon REUTERS (autos Tianjin)

Lire le Vin, le Rouge, la Chine sur les investissements des Chinois dans les vignobles français : 115 domaines sont décrits. 240 pages et 350 photos de Laurence Lemaire, préfacées par Alain Juppé et Alain Rousset. Version papier et sa numérique 8€ sur www.levinlerougelachine.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

error: Contenu protégé