Chine, vin : les exportations et les taxes

Olivier-Bernard-lemaire-hebdo-vin-chine
Olivier Bernard, Domaine de Chevalier, Le Clos des Lunes
16/02/2019
bouteilles-vin-lemaire-hebdo-vin-chine
La vente de vin sur WeChat : une pratique qui se démocratise en Chine
28/02/2019

25 02 19 – Restant la 1ère origine des vins importés sur le marché chinois, la France est talonnée par ses concurrents du Nouveau monde : en un an, les parts de marché des vins français en Chine sont passées de 31 à 26 % en volume et de 39 à 37 % en valeur, d’après les statistiques GTA récoltées par l’agence Business France. En même temps, les vins chiliens et australiens ont bondi, arrivant tous deux à 24 % des parts de marché en volumes, tandis que les vins espagnols et italiens sont restés en retrait à 10 et 5 % de volumes.

Chine, vin : les exportations et les taxes

Réseaux de réexportation France – Chine, des chiffres

En 2018, la Chine a importé 1,8 million hectolitres de vins français, pour un chiffre d’affaires de 903 millions d’euros, soit des baisses de 22 % en volume et de 7 % en valeur. Les expéditions de vins français se sont élevées à 1,4 million hectolitres pour 603 millions d’euros en 2018, soit des baisses de -34 % et -20 % par rapport à 2018.

Les douanes chinoises comptabilisant tous les vins français importés, qu’ils viennent de France ou transitent par un Hub, comme les Pays-Bas, le Royaume Uni ou Hong Kong, tandis que les douanes françaises chiffrent les exportations allant directement vers la Chine.

La Chine absorbe le tiers des exportations de vins australiens

L’accord de libre-échange entre l’Australie et la Chine a été signé le 17 juin 2015 ; il inclut la suppression de 85 % des droits de douane sur des denrées comme le lait, la viande bovine, le bétail, les fruits et légumes, les minerais, le vin, l’électronique.

La Chine est depuis, en valeur, le 1er marché à l’export des vins australiens.

Porté par la levée totale des taxes à l’import, les expéditions australiennes affichent de nouveaux records. Pour Anne Ruston, ministre australienne de l’agriculture et des ressources en eau, « l’accord de libre-échange signé entre l’Australie et la Chine a permis de créer un espace d’échange propice au commerce du vin et offre aux producteurs australiens l’opportunité de développer leur activité et d’augmenter leurs ventes ». Andreas Clark, directeur général de Wine Australia, a expliqué que « cette levée des barrières douanières permettra aux vins australiens de concurrencer les grands producteurs comme la France, l’Italie et l’Espagne ».

Pour les Chinois, bon vin rimait avec vin français. Aujourd’hui, les consommateurs chinois ont plus de connaissances de vin, et peu importe la provenance de celui-ci : ils ont donné une chance au vin australien et ont été séduits par sa qualité.

Bond des exportations de vins chiliens en vrac vers la Chine

Comme les vins australiens, géorgiens et néo-zélandais, les vins chiliens ont des droits de douane réduits vers le marché chinois. Le marché chinois est devenu, en 2018, la 1ère destination des vins du Chili, dont le prix moyen augmente de manière notable. « Bénéficiant d’accords de libre-échange, le Nouveau monde monte sur l’entrée de gamme » note Santiago Diaz Herrenschmidt qui dirige le pôle Vins et spiritueux de Business France.
Le Chili est le 3ème fournisseur de vin en Chine. Il profite de son accord de libre-échange, plus avantageux que celui des Européens : 27 % contre 48 %. Mais, comme pour les vins d’Europe, le Chili a vu un léger ralentissement du marché en 2018. Pour autant, le Chili a enregistré une croissance de 4,5% de ses exportations de vin vers la Chine ; les chiffres concernant la France, l’Australie, l’Italie et l’Espagne ont tous connu une baisse.

Le marché chinois sans droits de douane pour les vins géorgiens

Revendiquant le titre de berceau de la viticulture avec 6 000 vendanges, la Géorgie se distingue par ses traditions uniques, comme celle du Qvevri. Après une très rapide négociation, la Géorgie peut désormais afficher un avantage compétitif sur les vins européens ; comme l’Australie, le Chili ou la Nouvelle-Zélande.

La famille belge de Schepper réalise 20 % de son activité en Chine

Vitisphère : en rachetant le château Portillon, 30 hectares en Bordeaux supérieur, le négoce de Mour répond à « la forte demande du marché chinois en Bordeaux supérieur » explique Hélène de Schepper, responsable de communication de la maison familiale, basée à Soussans. Si les rachats asiatiques de Châteaux bordelais, pour approvisionner le marché chinois, ont ponctué l’actualité de l’Entre-deux-Mers, ce sont dernièrement les baisses des exportations chinoises qui animent les discussions. Concentrant 20 % de leurs ventes, la Chine reste le 1er marché du négoce De Mour, qui ne sent pas de ralentissement de la demande, du moins pour l’appellation Bordeaux supérieur. La demande de marchés européens (Belgique, Luxembourg, Royaume-Uni et Suisse) tire également ses exportations et valident son besoin de nouveaux approvisionnements.
Portillon va être rebaptisé Château Tayet. Le groupe De Mour possède Château Lacombe Cadiot, Château Haut Breton Larigaudière, Châteaux La Croizille et Tour Baladoz ; au total, 75 hectares de vignes pour 530 000 cols annuels.

Jean-Charles Simon, avocat, gérant

M&A/Relations Internationales/Chine-Asie Afrique/IT/Immobilier/Entreprises en difficulté
« Etats-Unis/Chine/France et Europe : Pour ceux qui en doutaient, et comme nous l’avions envisagé, le président Donald Trump a annoncé dimanche 24 Février 2019 qu’il retardait le traitement de la question des tarifs américains sur la Chine et prévoyait d’organiser un sommet avec le Président Xi Jinping à Mar-a-Lago pour finaliser un accord commercial. Il nous semble que la France, l’Europe, doivent réfléchir aux signes de cette démarche consensuelle à l’égard de la Chine. Au risque de se trouver de côté dans l’organisation de l’ordre économique. La prochaine visite du Président Xi Jinping en France pourrait en être l’occasion. »

Le président chinois Xi Jinping se rendra en France à la fin du mois de mars 2019.La Principauté de Monaco reçoit Xi Jinping le 24 mars; à cette occasion va être annoncé l’ouverture d’une ligne directe entre la Chine et Nice par China Eastern, actionnaire du groupe Air France KLM.

Photo © Wang Zhao

le Vin, le Rouge, la Chine

Edition n°13
Les 162 vignobles français achetés par les Chinois sont décrits : 150 Châteaux de Bordeaux, 10 vignobles en France, 2 Maisons de cognac.
Pourquoi ces vignobles sont-ils en vente ? Pourquoi les Chinois les achètent-ils ?
255 pages et 350 photos de Laurence Lemaire, préfacées par Alain Juppé et Alain Rousset.
Version numérique en PDF mise à jour au quotidien – 8€, et sa version papier en librairie mise à jour tous les 3 mois sont en vente sur ce blog et sur le site www.levinlerougelachine.com

verres-vin-chine-lemaire-hebdo

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

error: Contenu protégé