Cognac : le Grand frère pour un collectionneur chinois

marche-pekin-Xinfadi-test-lemaire-hebdo-vin-chine
Coronavirus en Chine : à Pékin, le marché de Xinfadi est au cœur de nouvelles contaminations
16/06/2020
chateau-pic-licenciement-lemaire-hebdo-vin-chine
Château de Pic – le propriétaire chinois ne paie pas son équipe française
28/06/2020

20 06 20 – C’est une bouteille exceptionnelle de cognac datant de 1762. Elle a été vendue 131 000 euros lors de la vente aux enchères chez Sotheby’s à Londres le 28 mai 2020. Ce flacon de la Maison Gautier installée en Charente a été acheté par un collectionneur asiatique.
« C’est un record dans le domaine, a annoncé Sotheby’s. Les estimations avaient placé la barre très haut, entre 90.000 et 180.000 euros. C’est un collectionneur privé asiatique qui a remporté la précieuse mise pour 118.580 livres exactement. »

Cognac : le Grand frère pour un collectionneur chinois

cognac-bouteille-vente-collectionneur-lemaire-hebdo-vin-chine

Trois bouteilles d’exception de 1762

Le flacon vendu est surnommé le Grand Frère ; c’est le plus grand des trois. Le Petit frère a été vendu aux enchères à New York en 2014, 59 500 $ à un groupe de collectionneurs polonais. La Petite sœur est conservée au Musée Gautier, au chai Paradis à Aigre.
Ces trois flacons ont une histoire commune assez extraordinaire : ils sont restés dans la même famille depuis la fin du XIXème siècle, laissés chez les arrière-grands-parents du vendeur par un orphelin Alphonse, qu’ils avaient accueilli chez eux ; en 1870, Alphonse a quitté sa famille adoptive pour travailler dans la région de Cognac. Fin 1880, il revint chez lui avec des bouteilles de cognac ; elles lui auraient été données en salaire suite à destruction d’une grande partie du vignoble par le phylloxéra qui a ruiné de nombreux viticulteurs. Parti à la guerre en 1914, Alphonse n’en est jamais revenu et les bouteilles ont été bien gardées à la cave.

cognac-bouteille-collectionneur-lemaire-hebdo-vin-chineLa bouteille de Cognac Gautier le Grand Frère témoigne d’un très bon état de conservation © Westimage Art / Sotheby’s / AFP

La Maison Gautier

Elle a été fondée à Aigre en 1755 et les chais ont été installés dans un moulin à eau. Le phylloxéra n’a pas épargné le producteur charentais : il a replanté son vignoble près de Cognac, le plus au nord de la zone de production, à 40 kms au nord-est. Il laissa ainsi son site d’Aigre à d’autres cultures : les céréales ont pris le pas sur les vignes.
Depuis plusieurs années, les ventes aux enchères pour des bouteilles de Cognac de collection atteignent souvent des records.

258 ans d’âge pour ce cognac 

Ce spiritueux qui a été mis en bouteille près de vingt ans avant la Révolution Française a atteint l’âge de 258 ans. Peux-t-on encore le boire et quels goût et arômes a-t-il ? Seuls quelques privilégiés le sauront. « Elle devrait encore pouvoir se boire, a dit Jonny Fowle spécialiste des spiritueux chez Sotheby’s. Les boissons à forte teneur en alcool se conservent très bien ; l’effet vieille bouteille développe parfois des notes tropicales très agréables et parfois des notes moins attirantes assimilées au porridge ». Jonny Fowle affirme : « Le Gautier 1762 est connu et encensé à travers le monde comme un cognac qui transcende l’univers des spiritueux de collection. Le distillat qu’abrite cette bouteille est bien plus qu’un brandy : c’est un pan de l’histoire du cognac. » « Cette bouteille est un chef-d’œuvre à la fois pour son âge et pour ce qu’il représente. Ce n’est pas tous les jours qu’on peut tenir une bouteille de plus de 250 ans entre nos mains ! Le titre Grand Frère évoque une idée de protection, une vertu que l’acheteur devra apporter à ce trésor » ajoute Jérémie Durand, le maître de chai de la Maison Gautier.

cognac-bouteille-identification-lemaire-hebdo-vin-chineIdentification © Archives départementales de la Charente

Le Cognac

C’est une eau de vie fine à base de raisin, dont le moût est issu essentiellement du cépage Ugni blanc. Après quelques jours de fermentation, le vin est peu élevé en degré mais sa forte acidité, due au sol calcaire, est une qualité requise pour obtenir une bonne eau de vie. Il sera distillé deux fois. Le produit obtenu avoisine alors les 70° alcool/volume. Puis il est mis en fûts de chêne français. Pendant plusieurs années, pour sa bonification, ces fûts sont entreposés dans des chais avec un certain degré d’humidité et de fraîcheur indispensables à sa qualité.
Le vignoble du cognac est situé dans le département de La Charente. Il a une surface d’environ 80 000 hectares. Ses régions s’appellent Grande Champagne, Petite Champagne et Borderies.
C’est le Bureau National Interprofessionnel du Cognac qui contrôle les acteurs de la filière.

Les Chinois et le cognac

Les Chinois adorent le cognac.
Une histoire : le Rotary club international a mis en place en 2013 une collecte de flacons de cognac pour récolter de l’argent, à reverser à diverses associations : 500 flacons ont été réunis ainsi que des pièces rares et des créations originales. Ils ont été proposés à la vente le 18 Juin 2013 et achetée 300 000 € par un collectionneur Chinois. Le produit net de la vente a servi exclusivement aux œuvres caritatives du Rotary International.
Lire mon article : ChangYou, du vin de Bordeaux et du Cognac https://www.hebdovinchine.com/changyou-vin-de-bordeaux-cognac/

Boire du Cognac est un signe de réussite sociale en Chine

Son image aristocratique vient des Anglais de Hong Kong ; c’est une boisson de partage et d’amitié.
Si en France on réchauffe le verre de cette insoutenable légèreté de l’être au creux de la main, les Chinois, bien initiés, mettent deux glaçons dans le ballon pour mieux exhaler les arômes.
Le Cognac accompagne la cuisine cantonaise aux goûts sucrés ; il se boit toute au long de la journée, pur ou dilué, pendant les repas et en cocktails.
Les investisseurs chinois s’intéressent au cognac ; ils sont conscients du succès de ce produit en Chine et grâce à leurs connaissances du marché local ils assurent eux-mêmes sa distribution auprès de la classe moyenne.
En Chine, les alcools (le Baijiu) et les vins locaux représentent 99,8% de la consommation, mais les Chinois sont 1,4 milliards ; pour les importateurs, les 0,2% valent donc le coup de s’intéresser à ce marché, même si la politique d’anticorruption du Gouvernement chinois freine les achats, les cadeaux d’alccols et les banquets trop arrosés.

Aujourd’hui avec Bernard Pineau

Les Maisons Martell, Mumm et Perrier-Jouët vont travailler des parcelles pilotes en 2021 afin de définir les nouvelles approches viticoles de rupture. « Nous sommes dans une période intermédiaire où l’on se sépare de la chimie. Le désherbage et les traitements systématiques, c’est fini, il faut observer » dit Bernard Pineau, responsable de la viticulture durable des Maisons Martell Mumm Perrier-Jouët, filiale de Pernod-Ricard. Le groupe compte implanter dès 2021 des projets pilotes d’agriculture régénératrice et de biodiversité sur ses vignobles en propre, soit 430 hectares à Cognac et 260 ha en Champagne. « Pour trouver notre modèle, nous cherchons le meilleur de ce qui peut exister dans la bio, la biodynamie, l’agroforesterie… On ne s’interdit rien, dit Bernard Pineau, sans se limiter au bio, trop dépendant du cuivre ». « Nos vignobles sont des terrains d’essai pour nos partenaires viticulteurs. Nous sommes plus crédibles quand nous nous imposons les contraintes que nous demandons à d’autres », souligne Bernard Pineau. Menant ses travaux en partenariat avec ses 2 000 partenaires viticulteurs champenois et charentais, il met en place des pratiques adaptées à chaque exploitation. « Nous ne pouvons pas imaginer un système qui ne soit pas viable. Dans les AOC Champagne et Cognac, il faut produire un certain rendement, ce qui n’est pas facile en viticulture durable ; c’est un travail de longue haleine. » L’objectif du groupe Pernod-Ricard est d’implanter des projets pilotes d’ici 2025 sur ces huit vignobles : Argentine, Australie, Californie, Champagne, Chine, Cognac, Nouvelle Zélande et Rioja.

cognac-Martell-lemaire-hebdo-vin-chine

« Derrière l’agriculture régénératrice on peut mettre de l’agroécologie, de l’agroforesterie, de la permaculture… »  dit Bernard Pineau © MMPJ

le Vin, le Rouge, la Chine

Michel Rolland m’a beaucoup aidée lors de l’écriture de mon livre, en répondant à mes naïves questions viticoles. Un beau chapitre est consacré à ses conseils. Merci.
Les 170 vignobles français achetés par les Chinois sont décrits : 158 Châteaux de Bordeaux, 10 vignobles en France, 2 Maisons de cognac.
Pourquoi ces vignobles sont-ils en vente ? Pourquoi les Chinois les achètent-ils ?
255 pages et 350 photos de Laurence Lemaire, préfacées par Alain Juppé et Alain Rousset.
Depuis 6 ans, mises à jour au quotidien de la Version numérique en PDF  8€ et de la version papier 20€ tous les 6 mois, en vente en librairie et sur mon site www.levinlerougelachine.com

Livre-mis-a-jour-depuis-6-ans-lemaire-hebdo-vin-chine

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error: Contenu protégé