Château du Grand Moueys est chinois

plisson-une-laurence-lemaire-hebdo-vin-chine
Le film Le Grand Jour est projeté à Pauillac
02/09/2015
bourgogne-climats-unesco-carte
Les Climats de Bourgogne sont classés par l’UNESCO
20/09/2015

07 09 15 – Château du Grand Mouëys, à Capian, est la propriété de Jinshan Zhang, président fondateur en 1996 de Ningxiahong Goji Industry, 1er fabricant de Gouqi, l’alcool de fruit le plus connu en Chine

Château du Grand Moueys est chinois

Sur la rive droite de la Garonne, le domaine du Grand Mouëys compte 170 hectares. Son vignoble de 60 hectares produit un vin en appellation Cadillac Côtes de Bordeaux.
Après avoir visité une quarantaine de châteaux, Jinshan Zhang (en photo ci-dessous) a acheté ce domaine. Le 17 février 2012, il tenait une conférence de presse : « Le vin français est très apprécié des Chinois et les vins de Bordeaux représentent le meilleur vin du monde pour mes compatriotes ».

CHATEAU DE MOUEYS

photo par patrick aventurier

Une allée de 800 mètres, bordée d’arbres centenaires, mène au château. Son parc aménagé à l’anglaise, respectant le vallon, est planté d’essences nobles. Le château étire ses tourelles néo-gothiques, ses gargouilles de terre cuite, et le cadran de sa pendule indique que le temps s’arrête ici. La colline nommée Piras est plantée de ses vignes.

Le jardin anglais a des formes irrégulières. Apparu au XVIIIème siècle, il met en valeur les points de vue naturels comme un arbre au feuillage coloré, une pelouse, un ruisseau, un tronc torturé. Il est l’opposé du jardin à la française aux formes géométriques.

Château du Grand Mouëys est une propriété viticole depuis l’Ancien régime. La route vers le site de Saint-Jacques-de-Compostelle passe par l’abbaye de La Sauve-Majeure fondée en 1079, près du Grand Mouëys : la vocation de viticulture et d’hébergement naît pour le château qui accueille de nombreux pèlerins.
En 1989, la famille Bömers, négociant depuis 1831 en vins fins à Brème (Allemagne), en devient propriétaire. Fidèle à la tradition bordelaise et à la viticulture française, Mickael Bömers a rénové le cuvier et son chai, et a adapté les techniques les plus modernes à la conduite du vignoble.

Début 2012, Jinshan Zhang est tombé sous le charme du château et de son superbe domaine ; il y voit un joyau romantique plein de promesses. Mickael Bömers, âgé alors de 73 ans, expliquait : «Personne dans ma famille ne voulait prendre ma suite. C’est un crève-cœur de se séparer de cette propriété. J’ai trois enfants qui ont chacun leur profession et aucun n’a voulu prendre la gérance. Je ne voulais pas les obliger. Nous avons décidé de vendre en 2008. Des visiteurs allemands, américains et britanniques se sont succédé. La crise économique n’a pas facilité les offres d’achat. De tous, Jinshan Zhang a été le plus professionnel, le plus scrupuleux. Nous avons reçu des experts de toutes les spécialités : vigne, vin, jardin, château, équipement, finance…» Les négociations, entamées en février 2011, ont duré un an. «Les compromis ont été très difficiles, ajoutait Mickael Bömers, mais nous nous sommes accordés sur les conditions».

CHATEAU-MOUEYS

Le vignoble est à une altitude moyenne de 90 mètres ; des pentes très marquées et une forte exposition aux vents permettent de dégager rapidement les brouillards ; il reste sain quelle que soit la saison et produit des vins rouge, blanc, rosé et crémant.
«Les investisseurs chinois doivent comprendre qu’acheter un château ne permet pas de faire des bénéfices immédiats, expliquait Zhang Jinshan lors de son achat. Le domaine était à vendre depuis quatre ans. Il faut renouveler une grande partie du matériel, et j’ai décidé de mettre ce qu’il faut pour aller vers des grands vins.» Chaque parcelle a fait l’objet d’un drainage adapté. Son agriculture ‘’raisonnée’’ oblige un emploi modéré des produits chimiques et le meilleur respect de la nature et de l’environnement. L’équipe a supprimé les racines de surface, compté les bourgeons, enlevé les entre-cœurs… avec des gestes manuels précis pour vendanger un grand raisin.

Jinshan Zhang a un caractère fort, affirmé, pas toujours compris ; l’œnologue Stéphane Derenoncourt et Li Lijuan ont quitté le domaine au bout de quelques semaines. Mais le temps des difficultés d’adaptation est passé, les conditions de travail se sont régulées.


En photo de droite à gauche : l’assistante commerciale Laurence Ducos, Dominique René le chef de culture du vignoble depuis plusieurs années et le maître de chai Laurent Bourricaud, assistent un patron devenu confiant. La gestion est confiée à Chuan Jiang (avec les lunettes).
Le vin de Jinshan Zhang est écoulé à 80 % en Chine dans les 300 000 points de vente que possède son groupe. En 2014, son vin blanc a reçu la médaille d’argent et son vin rouge la médaille d’or 2013 au Concours de Bordeaux.
SCA les Trois Collines 242 Le Grand Mouëys Nord 33550 Capian Tél : + 33 (0) 5 57 97 04 40 /44 export@grandmoueys.com https://grandmoueys.com/ La propriété est à 35 kms au Sud-est de la ville de Bordeaux.


Au château le 6 septembre 2015, Jinshan Zhang (photo de droite) a réuni les actionnaires de son financement participatif, avec la société pékinoise de E-commerce : Jiuxian, représentée par madame Elle Liang (photo de gauche) : par son site internet, une bouteille sur deux est vendue en Chine. En France, seulement 7% des vins sont vendus par les sites internet contre 30% en Chine.
Ont été évoqués
– la plate-forme d’échanges franco-chinois avec la Chambre d’agriculture de la Gironde
– les E boutique et E-commerce
– les consommateurs réguliers deviennent membres du château
– la future Cité chinoise



– la participation des châteaux français ; quelques représentants de propriétaires chinois en bordelais étaient présents : 1ère photo Lu Lu pour château Rose de France et Tourelles du groupe Macrolink ; 2nde photo  madame Yuxue Claverie Li qui gère château Lavergne Dulong pour le groupe Guo Tai, Lei Han sommelier et coordinateur au château Guionne pour Yanping Xi, et la brillante interprète Tongtong qui a traduit les conférences en simultané.

Ningxiahong Goji Industry est une entreprise soutenue par le gouvernement de la Région autonome Hui du Ningxia. Elle est devenue le 1er fabricant de traitement du goji dans le monde, et a créé un nouveau type de vin : le vin rouge de Goji, exporté vers le Japon, la Corée, le Canada, Hong Kong et d’autres pays. www.ningxiahong.com

La baie de Goji

Le goji se présente sous la forme d’une petite baie orange, allongée, légèrement sucrée. Il est commercialisé sous forme séchée ou en jus mélangé avec d’autres fruits. On connaît cette baie grâce aux Tibétains. Elle pousse surtout en altitude, dans le Nord-ouest de la Chine, principalement dans la région autonome Hui du Ningxia. On accorde au goji des vertus médicinales exceptionnelles. Relativement riche en vitamines, en minéraux et en oligo-éléments, la baie est souvent présentée comme un super-fruit. Le goji a des propriétés anti-inflammatoires, il baisse la tension artérielle, le taux de cholestérol et de sucres dans le sang, il combat la leucémie et l’asthme, il améliore l’assimilation du calcium et soulage le foie etc…Certains chercheurs chinois supposent que cette baie fait partie des aliments qui pourraient retarder le vieillissement cellulaire. Le goji étant un produit naturel et non un médicament, il n’y a aucune limite à sa consommation.

Ce texte est un extrait du livre le Vin, le Rouge, la Chine sur les investissements des Chinois dans les vignobles français : 115 domaines sont décrits. 240 pages et 350 photos de Laurence Lemaire, préfacées par Alain Juppé et Alain Rousset. Version papier et sa numérique mise à jour au quotidien pour 8€ seulement sur www.levinlerougelachine.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

error: Contenu protégé