Hong Kong a inspiré Charles Aznavour

Festival-wuhan-lemaire-hebdo-vin-chine
Festival 2018 des Vins de Bordeaux et d’Aquitaine de Wuhan
01/10/2018
Napa-valley-lemaire-hebdo-vin-chine
Chine, droits de douanes, vins américains
06/10/2018

03 10 18 – La légende de la chanson française qui s’est éteinte le 1er octobre 2018 à l’âge de 94 ans, a visité Hong Kong à plusieurs reprises

Hong Kong a inspiré Charles Aznavour

« La misère serait moins pénible au soleil »

Le crooner Charles Aznavour avait ramené quelques chansons de Hong Kong, ou plutôt des idées de chansons. Dans les années 1960, Hong Kong lui en inspire 5, dont la plus célèbre sera Emmenez-moi. Il a raconté cette histoire à plusieurs reprises, sur les quelques formules qui lui sont venues à l’esprit dans un ferry entre Macau et Hong Kong ; il l’a raconté au Shanghai Daily.

« J’étais sur un bateau allant de Macau à Hong Kong, et j’ai vu la misère des pauvres, contrastant avec les personnes riches autour de moi dans un cadre moderne. Je me suis alors rappelé d’Aberdeen, où j’ai vu des pauvres vivant dans des bateaux, mais ils avaient toujours le sourire en dépit des difficultés. C’est ce que j’appelle la richesse intérieure, l’atout le plus important dans la vie. »
C’est son beau-frère, Georges Garvarentz qui, ensuite, composera la musique et rédigera en 1967 ce texte qui parle d’exil et de misère. Charles Aznavour la déclinera en anglais en 1978 sous le titre Take me Along. Elle est l’un des titres qui explique le grand succès du chanteur aux Etats-Unis, ce qui lui vaudra une étoile sur le célèbre Walk of Fame de Los Angeles.

Aznavour est revenu à plusieurs reprises à Hong Kong. En 1975, il déambulait sur le marché de Pottinger Street à Central. Photo © Claude Guillemet

Pour toucher son public, Charles Aznavour voyageait beaucoup. « J’ai chanté dans 110 pays. Certains même ont disparu depuis » expliquait-il en 2016, dans une interview au JDD.

Charles-Aznavour-Hong-Kong-lemaire-hebdo-vin-chine

« Il fallait boire jusqu’à l’ivresse sa jeunesse »

Aznavour était un épicurien ; il disait aimer le vin, tous les vins avec un faible pour le porto et pour les bordeaux, notamment le château Cheval Blanc.
Charles Aznavour avait parrainé quelques vendanges de grands châteaux ces dernières années dont la 157ème vente caritative des vins des Hospices de Beaune, en 2011. Il était, en 2017, l’un des 4 présidents de la vente des vins des Trois Glorieuses au Clos de Vougeot, intronisé à la confrérie des chevaliers du Tastevin. Il avait participé en 2002 aux vendanges du Château Pape Clément ; Bernard Magrez l’avait alors intronisé Pape du domaine. Il avait également parrainé les vendanges de Montmartre en octobre 2009, il avait été intronisé au ban des vendanges du Château Marquis de Terme à Margaux en 1984, à la Fête de la Fleur en 1992, à Pauillac au château Pichon-Longueville-Baron…
Charles Aznavour était connu pour posséder une cave exceptionnelle, principalement de Bordeaux mais il disait aimer découvrir d’autres régions viticoles françaises, comme celle de Mouriès dans les Bouches-du-Rhone où il avait acheté une maison il y a près de 30 ans.

le Vin, le Rouge, la Chine

Edition n°13
Les 159 vignobles français achetés par les Chinois sont décrits : 147 Châteaux de Bordeaux, 10 vignobles en France, 2 Maisons de cognac.
Pourquoi ces vignobles sont-ils en vente ? Pourquoi les Chinois les achètent-ils ?
255 pages et 350 photos de Laurence Lemaire, préfacées par Alain Juppé et Alain Rousset.
Version numérique en PDF mise à jour au quotidien – 8€, et sa version papier en librairie mise à jour tous les 3 mois sont en vente sur ce blog et sur le site www.levinlerougelachine.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

error: Contenu protégé