Pierre Couly, Grand Maître dans ses vignes, la tolérance dans ses vins

bouteilles-vin-lemaire-hebdo-vin-chine
La vente de vin sur WeChat : une pratique qui se démocratise en Chine
28/02/2019
Gilles-Pauquet-etiquette-taila-chine-lemaire-hebdo-vin
Gilles Pauquet est consultant viti-vinicole de Taïla Group en Chine
02/03/2019

01 03 19 – Pierre Couly est décédé dans la nuit du 22 février 2019 à 83 ans. « En 62, j’étais secrétaire de la Confrérie des Entonneurs Rabelaisiens, puis en 76 mes pères m’ont nommé Grand Maître, me racontait-il le 4 mai 2018. J’étais déjà viticulteur de père en fils sur les coteaux de Chinon. »

Pierre Couly, Grand Maître dans ses vignes, la tolérance dans ses vins
interview

La Confrérie des Entonneurs Rabelaisiens

Porteuse de valeurs humanistes, la Confrérie des Entonneurs Rabelaisiens fut créée en 1961 à l’initiative de 3 jeunes vignerons, Pierre Couly, Louis Farou et Gatien Ferrand, et du député de l’époque André Georges Voisin. Cette création fut portée par la volonté de marquer le lien fort qui existe entre le vin de Chinon et François Rabelais, enfant du pays.

54 dignitaires et plus de 40 000 personnes, dont de nombreuses célébrités, sont membres de la Confrérie. Elle est également représentée à Paris et dans trois villes allemandes, grâce à un ami qui tenait à Sarrebruck le restaurant La Touraine.

« Outre la partie gastronomique de Rabelais, la Confrérie est basée sur ses valeurs philosophiques, elles-mêmes basées sur un grand mot, peut-être le plus bafoué au monde actuellement et le plus prononcé dans les discours politiques : la tolérance. Toute la philosophie rabelaisienne est basée sur ce mot, m’explique Pierre Couly. Les membres ont les obligations de défendre la tolérance et la région de Chinon.

Je suis allé à Damas faire un Chapitre en 78 ; j’y ai rencontré un vieux Syrien qui parlait très bien le français, et qui m’a dit ‘’c’est merveilleux la philosophie rabelaisienne ; tout le monde souhaite la tolérance, le respect de l’Homme, le respect de la culture, du bien boire et du bien manger. Rabelais était un précurseur’’. Je l’ai intronisé et il m’a dit tout ça. C’est comme si j’avais reçu une paire de gifles et je suis rentré à Chinon en me disant, ‘’attention je représente quelque chose’’, avoue Pierre Couly en riant. J’ai revu ce Syrien à Chinon quinze ans après. » Pierre Couly avait intronisé Gérard Depardieu, Simone Veil, Michel Galabru, Anémone Giscard d’Estaing, Liz Taylor, entre autres….
« Aujourd’hui j’ai 83 ans et je suis Grand Maître d’honneur, après 40 ans de Grand Maître. » me disait-il en mai dernier. Pierre Couly, l’entonneur Rabelaisien, a œuvré toute sa vie à la promotion et la diffusion de l’art de vivre cher à François Rabelais.

Mon vin

Issus d’une longue lignée de vignerons, qui remonte au XVème siècle, Pierre et son fils Bertrand Couly exploitent 20 hectares cultivés en lutte raisonnée à Saint-Louans, un des meilleurs terroirs de l’appellation Chinon. Ils ont reçu le label HVE (Haute Valeur Environnementale) pour leurs choix culturaux permettant une préservation de la biodiversité.

« Il faut savoir une chose : le Chinon c’est un seul cépage. Pas question d’assemblage, précisait Pierre. Nous produisons un rosé de saignée, ainsi vous n’avez pas la brutalité du pressoir. Mon Chenin blanc est planté sur un terrain très prisé des Closeaux. Puis il y a le Cabernet-Franc du Domaine sur des graviers, le Saint-Louans Le Parc, la cuvée V pour mon petit fils Vincent sur une terre argilo-calcaire et le terroir de La Haute Olive sur les coteaux sud, avec sa poussière de craie.

Le vin, si on respecte les terroirs, sans ajouter d’ingrédients autres que le raisin, c’est stupéfiant ; prendre une poignée de terre et goûter sa vigne c’est stupéfiant. »

La particularité de son fils Bertrand est de vinifier sans bois, « et vinifier sans bois c’est dessiner sans gomme » disait Pierre. Bertrand a créé les haies, les fossés, les murets, l’enherbement avec sa femme Michèle ; avec les forets, ils « bouffent » du CO2. En 2009, ils ont fait construire un nouveau chai de 28 cuves ; ce chai à l’allure contemporaine a un toit où sont plantés 800 ceps de vignes. C’est une réussite et le public est accueilli depuis idéalement. « Mais le vin se fait à la vigne, il ne se fait pas au chai. Si vous avez du bon raisin vous avez du bon vin »

Le syndicat des vins de Chinon, dont Pierre Couly a été le secrétaire général pendant 35 ans, « perd une clé de voûte de l’appellation : un homme qui a passé sa vie à s’engager pour le collectif ».

Ma famille

« Avec Vincent mon petit-fils, nous avons récemment acheté des terrains à vignes sur les coteaux de Saint-Louans, qu’on va planter. Vincent est à Agro à Montpellier, comme l’était son père (Sup Agro Institut national d’études supérieures agronomiques) ; il est mordu, mordu de vin du haut de ses 21 ans ! Il a d’ailleurs créé le premier Escape game œnologique de France, pour notre Domaine. C’est un numéro Vincent, un passionné ». Il y a aussi Baptiste qui a terminé Major des Mines, Louise qui est 2ème Chef chez Pierre Hermé, et ses 2 arrières petits enfants Chloé et Sacha. « Vincent va prendre notre relève. Il sera certainement une grosse pointure et peut-être un Grand Maître », se réjouissait Pierre Couly.

Les obsèques de Pierre Couly ont eu lieu ce 1er mars en l’église Saint-Étienne-de-Chinon.

Photos © Chanel Khoel

le Vin, le Rouge, la Chine

Edition n°13
Les 162 vignobles français achetés par les Chinois sont décrits : 150 Châteaux de Bordeaux, 10 vignobles en France, 2 Maisons de cognac.
Pourquoi ces vignobles sont-ils en vente ? Pourquoi les Chinois les achètent-ils ?
250 pages et 350 photos de Laurence Lemaire, préfacées par Alain Juppé et Alain Rousset.
Version numérique en PDF mise à jour au quotidien – 8€, et sa version papier en librairie mise à jour tous les 3 mois sont en vente sur ce blog et sur le site www.levinlerougelachine.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

error: Contenu protégé