Le vin espagnol authentique des Passeurs de Vins

chine-avion-resto-laurence-lemaire
Un restaurant dans un avion à Wuhan, en Chine
28/09/2016
ferrere-brasserie-laurence-lemaire-hebdo-vin-chine
Le Ferrere – Belle Brasserie
02/10/2016

02 10 16 – Lionel Osmin, ambassadeur des vins du Sud-Ouest, est associé au rugbyman Imanol Harinordoquy pour la création des Passeurs de Vins depuis janvier 2015 : le Béarnais et le Basque ont l’amour de l’Espagne

Le vin espagnol authentique des Passeurs de Vins

Ils ont aussi créé en juillet 2014 à Biarritz un bar à vins restaurant et cave : Les Contrebandiers avec le chef Vivien Durand, décliné depuis à Pau et Saint-Etienne. Lionel Osmin et 5 amis trouvent et commercialisent les plus beaux vignobles de l’Espagne.

Lionel Osmin et le maquignon Imanol Harinordoquy distribuent, entre autres, 8 bodegas qui ne passaient pas les Pyrénées il y a deux ans.
A la Conserverie de Bordeaux, ce 29 septembre 2016, le maître de cérémonie est Florian Abadie. Nous dégustons.
– un Blanc qui va préparer le palais,
– un Rouge de la Rioja, pour enlever son image poussiéreuse grâce au cépage Tempranillo et ses terroirs en altitude,
– un Rouge bio de Murcia, en appellation Jumilla.
– un Rouge catalan D.O. (Denominación de Origen) Coster del Segre, produit à l’ouest de Barcelone.

Le Blanc doit pousser sur un terroir frais comme en Autriche, Alsace, sur les bords de la Loire, en Bourgogne, sur les parties fraîches de l’Italie, en Allemagne. L’Espagne fait des Blancs sur le terroir prestigieux du Rueda, en Castille & Léon. « Ils sont à 300m d’altitude, sur des sols sablonneux avec de la terre glaise et argileuse qui conservent la fraîcheur, avec le soleil espagnol dans la journée. Il y a de la maturité sur l’alcool mais aussi des maturités phénoliques, celles des arômes ; ces deux courbes se retrouvent aux vendanges, comme dans les beaux terroirs de Bourgogne ; c’est sublime ».
Quand l’œnologie moderne est arrivée en Espagne, les vignerons ont plantés en altitude : c’est le secret des terroirs espagnols : frais la nuit pour que la sève monte, chaud la journée pour la photosynthèse.
«C’est ce qu’on a sur le vignoble de Bordeaux : sans l’influence de l’océan qui rentre deux fois par jour dans les deux rivières, on n’aurait pas cette fameuse humidité bordelaise qui freine un peu la maturité alcoolique, laissant le temps aux arômes pour arriver à maturité».

«Il y a des petits paradis viticoles dans le monde. Les espagnols l’ont fabriqué en jouant sur l’altitude.»
La Rueda a un sol humide ; le fleuve Duero favorise les terroirs de l’Espagne et du Portugal.
«Alors, plein feu sur le Blanc avec ses 3 grands cépages ». Nous goûtons un assemblage de Sauvignon et de Viura – nommé Macabeu en français. Ce Blanc Lanzos, floral, simple, titre 12,5° grâce au Sauvignon qui casse le degré alcoolémique.
L’appellation DO Rueda, au Nord-ouest, en Castille, compte 13 000 hectares sur 74 villages aux alentours de Valladolid, Avila et Segovie. Les cépages sont le Verdejo assez gras pour 85%, le Viura fruité et aromatique, le Sauvignon blanc avec ses notes de citronnelle et de pamplemousse, et le Palomino.
Puis nous goûtons le Marques del villar 2015, un Rioja assemblé de 95% de Tempranillo et 5% de Mazuelo.
«Les Jovens sont des vins qui ne touchent pas le bois, qui travaillent sur leur cépage et les arômes de leur fermentation. Par exemple, le Beaujolais qui issu du Gamay, cépage assez rustique, ne mérite pas de bois. Ce Tempranillo mérite un peu de bois pour affiner ces tanins : 3 mois de roble (chêne) suffisent. » Ce Marques del villar est délicieux et titre 13° seulement ; il peut se comparer au Morgon et à d’autres Gamay français de qualité. Sauf que ce vin espagnol est beaucoup moins cher : 10€ alors que son équivalent français coûte environ 25€.
«Les Reserva ont un an de barrique et du repos avant d’être mis en bouteille.
Les Gran Reserva ont 2 ans de barrique ; ils sont moins bus de la jeune génération car ils ont des arômes tertiaires, de vieillissement, de boisé, beaucoup d’oxydation, mais c’est sublime pour un sommelier qui a le palais fin, pour un grand connaisseur. Les jeunes aiment plus le fruité, c’est générationnel
».

Murcia : 45 000 hectares de vignes, 3 AOC : Bullas, Jumilla et Yecla, et 4 cépages prédominants Monastrell, Cabernet Sauvignon, la Syrah et le Merlot. C’est une région très chaude.
«La ‘’bodega Luzon’’ plante le cépage Monastell à 300m d’altitude, pour produire un vin qui aura moins de fraîcheur la nuit, qui est mastoc, qui envoie de la puissance sur des arômes classiques, du glycérol et de la matière. Ce même cépage est aussi planté à 600m d’altitude pour un vin  cristallin, tendu, aromatique, acidulé. La Bodega assemble les 2 vins pour très bon vin». Les 2 parcelles sont Bio, Organic, avec la coccinelle sur l’étiquette prouvant que les produits chimiques sont absents : les arômes sont poussés naturellement. Le CO2 (soufre), garant de conservation, il y en a forcément ; mais après 20 minutes d’ouverture de la bouteille, les papilles s’évaporent avec le gaz carbonique. Le Monastrell est nommé Mourvèdre dans le Sud-est de la France : cultivé en altitude pour une fraîcheur de nuit, il donne de bons vins.

Catalogne : Tomas Cusiné est agriculteur catalan ; il est fier et résiste à la culture espagnole (sans rentrer dans les débats politiques). Sur les terres en appellation Coster del Segre, il travaille le cépage Tempranillo et le vinifie à sa façon, avec précision pour son vieillissement, sa note de boisé, et le tannin de bois pour arrondir le tannin du fruit. Il est le ‘’pape’’ de son village Vilosell – pas loin de Tarragone. Il a rebaptisé le Tempranillo en El Llebre – contraction de l’œil du lièvre, la forme de la baie du raisin, pour le différencier d’un cépage appartenant à l’Espagne !
Dans l’Art, le lièvre est aussi le symbole de la luxure et de la sexualité ; il est lubrique et associé à la lune ; son nom latin cuniculus est peut-être d’origine ibérique ; Artémis (Diane) raffolait du sang des lièvres.
Les vins de Tomas Cusiné sont très fins car ses sols sont frais grâce à l’influence méditerranéenne.

Un plus : Le vin de Borsao, de Borja près de Saragosse, avec le cépage Grenache, a été plébiscité par Robert Parker. La Bodega Borsao est en appellation Campo de Borja, en Aragon.
La région autour du village de Carinena produit des vins sublimes avec du grenache depuis 2000 ans

Lionel Osmin 14 rue des Bruyères 64160 Morlaas Tél : 09 53 07 55 49

le Vin, le Rouge, la Chine

Lire les investissements des Chinois dans les vignobles bordelais, le Vin, le Rouge, la Chine www.levinlerougelachine.com

livre-lemaire-vin-chine

1 Comment

  1. Netvin dit :

    Le vin espagnol n’a désormais plus rien à envier à nos vins du territoire hexagonal ! C’est une très belle initiative, nous ne manquerons pas de nous y rendre !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error: Contenu protégé