Célébrations du centenaire du Parti communiste chinois, le PCC, le 1er juillet 2021

Alipay-EURO-2020-arena-lemaire-hebdo-vin-chine
Les 4 sponsors chinois de l’Euro 2020
27/06/2021
vin-chine-acheteur-lemaire-hebdo
Les exportations de vins vers la Chine
05/07/2021

02 07 21 – Depuis son accession aux postes de secrétaire général du parti fin 2012 puis de chef de l’Etat en mars 2013, Xi Jinping s’est imposé comme le dirigeant le plus puissant du pays depuis Mao Zedong. Il a notamment obtenu la suppression de la limitation des mandats présidentiels en 2018

Célébrations du centenaire du Parti communiste chinois, le PCC, le 1er juillet 2021

Une veste grise à col Mao pour Xi Jinping qui était au balcon de la porte de la Paix Céleste surplombant la place Tiananmen.  70 000 personnes étaient massées face à lui, drapeau rouge à la main, sous le crachin moite de Pékin.

Xi-Jinping-Tiananmen-etudiants-centenaire-PCC-Lemaire-hebdo-vin-chine

Source © Le Monde : Ouverture à Pékin d’un musée permanent consacré au Parti communiste chinois le 22 juin, feu d’artifice au Stade olympique de Pékin le 28 juin devant 90 000 personnes, remise d’une médaille à 29 membres du parti particulièrement méritants mardi 29 juin au cours de laquelle Xi Jinping  a dit : « Au cours du siècle écoulé, le parti a écrit un chapitre splendide de l’histoire du développement de la nation chinoise et du progrès de l’humanité », spectaculaires éclairages à Shanghai à partir du 30 juin, etc… La Chine a vécu ces derniers jours au rythme des commémorations marquant le 100ème anniversaire de la création du Parti communiste en juillet 1921. La cérémonie présidée par le secrétaire général du PCC, Xi Jinping a eu lieu le 1er juillet 2021 place Tiananmen.

Si des dizaines de milliers de Chinois et des centaines de diplomates et de journalistes étrangers y ont été invités depuis des semaines, aucune information officielle n’a filtré sur son contenu. Pourtant, les participants doivent avoir été vaccinés, avoir passé la nuit précédente dans un hôtel réquisitionné par le parti, s’être soumis, deux jours avant le 1er juillet, à un test PCR, et pour les Chinois, ne pas avoir quitté la capitale durant au moins les 15 jours précédents. Autant de conditions drastiques qui devraient leur permettre d’assister – de loin – à ce que tout le monde attend : un discours de Xi Jinping prononcé face à la place Tiananmen.
La plupart des ambassadeurs occidentaux – dont la quasi-totalité des Européens – se feront représenter par leur diplomate, le plus haut gradé ayant reçu un vaccin chinois. Tous, cependant, observent, sidérés, la transformation du monde qui se déroule depuis quelques années sous leurs yeux. Ils constatent la mobilisation de tout un régime au service d’un homme et de son objectif : faire de la Chine la première puissance mondiale d’ici à 2049. Un régime dont la propagande, urbi et orbi, n’a d’égale que la paranoïa à l’égard des étrangers mais aussi de sa propre population.
Paradoxe : la Chine s’isole d’un monde dont elle ambitionne de devenir le centre. Tout comme ses dirigeants entendent régir la vie de leurs concitoyens dans les moindres détails – « le parti est au-dessus de tout », selon Xi Jinping – tout en demeurant de parfaits inconnus. Parions qu’il n’y a pas un Chinois sur mille – et sans doute bien moins – qui soit capable de citer spontanément le nom des 7 membres du comité permanent de bureau politique du PCC, ces sept hommes qui dirigent le pays et qui, jeudi 1er juillet, seront vraisemblablement alignés à une distance respectueuse du premier d’entre eux, le seul qui attire la lumière : Xi Jinping. 

« un processus historique irréversible »

Dans son discours, Xi Jinping a vanté le parcours accompli et « l’essor irréversible de la Chine ». Une clameur s’est élevée lorsqu’une trentaine d’hélicoptère au-dessus de la place Tiananmen ont formé le chiffre 100 pour marquer le centenaire du Parti. Les invités n’avaient pas eu le droit d’amener leur téléphone portable et demandaient aux journalistes de les prendre en photo avec leurs billets d’entrée collector. 100 coups de canons ont claqué contre les murs du Grand Hall du Peuple. « Les Chinois ne sont pas seulement bons pour détruire le monde ancien, déclara Xi Jinping, Ils sont bons aussi pour en créer un nouveau. » « Seul le socialisme aux caractéristiques chinoises peut contribuer au développement de la Chine », poursuivit-il. « Le peuple chinois ne permettra jamais qu’une quelconque puissance étrangère le harcèle, l’oppresse ou le soumette. Quiconque s’essaierait à de telles manœuvres se retrouverait écrasé contre la Grande muraille de fer forgée par plus de 1,4 milliard de Chinois. » « La grande renaissance de la nation chinoise est entrée dans un processus historique irréversible », ajoutait-il. « Le temps où le peuple chinois pouvait être foulé aux pieds, où il souffrait et était opprimé, est à jamais révolu », a-t-il lancé depuis la porte de la Paix Céleste, là où Mao proclama la République populaire en 1949. Xi Jinping a multiplié les références à Mao Zedong qui a dirigé la Chine de 1949 à 1976 ; il est surnommé régulièrement le Timonier 2.0. Pendant plus d’une heure, il a loué les progrès accomplis ces dernières années, mettant aussi en avant la sortie de centaines de millions de personnes de l’extrême pauvreté, et mettant en garde les impérialistes qui tenteraient de l’intimider, de l’opprimer ou de l’asservir.

Xi-Jinping-Hu-Jintao-Tiananmen-centenaire-PCC-Lemaire-hebdo-vin-chineLe président chinois Xi Jinping, en compagnie de son prédécesseur Hu Jintao, salue la foule d’étudiants rassemblés place Tiananmen pour célébrer le centenaire du Parti communiste chinois, le 1er juillet 2021 à Pékin © AP – Ng Han Guan

Xi-Jinping-Tiananmen-centenaire-PCC-Lemaire-hebdo-vin-chine© Kyodo/MAXPPP

Le PCC a enregistré 2,43 millions de nouveaux membres en 2020, la plus forte augmentation annuelle depuis l’arrivée de Xi Jinping à la présidence. 95,15 millions de Chinois seraient désormais adhérents.

Le projet de Xi Jinping pour la Chine repose sur la croissance économique et la compétition pour devenir la puissance la plus innovante. Il mobilise pour cela tous les instruments du capitalisme, en particulier la finance, et s’appuie sur une économie globalisée que Mao rejetait par pureté idéologique. Les grands chantiers du moment en Chine, comme en Europe, sont la transformation verte et la numérisation de l’économie, dans une course à l’innovation pour générer emploi et croissance.

La Chine est confrontée à plusieurs défis dont la baisse de la démographie ou bien encore les critiques des pays occidentaux pour sa politique à l’égard de Hong Kong ou vis-à-vis de Taïwan, et le traitement des Ouïghours. Le régime chinois est également accusé de manque de transparence sur les origines de la pandémie de Covid-19.

Hong Kong

Cette année, le 1er juillet marquait aussi le 24ème anniversaire du passage de Hong Kong à la Chine.
Comme chaque année depuis 1997, Hong Kong a célébré le Hong Kong Special Administrative Region Establishment Day. Cette journée commémore le transfert de souveraineté sur Hong Kong du Royaume-Uni à la République populaire de Chine et la création de la Région administrative spéciale de Hong Kong. Cette date fait habituellement l’objet de manifestations anti-Pékin. Pas cette année. La police hongkongaise a interdit tout rassemblement au prétexte de la pandémie de Covid 19.
Les célébrations du centenaire du PCC surviennent un an après l’imposition par Pékin d’une loi sur la sécurité nationale à Hong Kong, laquelle a considérablement réduit l’opposition politique dans l’ex-colonie britannique – le principal titre pro-démocratie hongkongais, le quotidien Apple Daily, a été contraint de fermer après 26 années d’existence.

La pensée économique de Xi Jinping a un nouveau centre de recherches dédié

Fonder une école pour étudier la pensée économique de Xi Jinping est la décision prise le 5 juillet 2021 par le Comité central du Parti Communiste Chinois, la plus haute instance politique du régime. Ce centre d’études, qui doit ouvrir ses portes à Pékin l’an prochain, sera chargé de proposer des réformes économiques basées sur les préceptes économiques de Xi Jinping. C’est l’illustration de la place prise par les Xiconomics dans la Chine actuelle.
Après les 1ers instituts de recherches sur « la pensée de Xi Jinping sur le socialisme à la chinoise de la nouvelle ère » en 2017, puis l’étude de « la pensée diplomatique » du président en 2020 – d’où seraient sortis, selon certains observateurs, les principes d’une diplomatie plus agressive des loups combattants, voici donc cette nouvelle institution, créée au sein de la puissante commission pour le développement et la réforme, qui vise à étudier « la pensée économique » du président chinois. Cette pensée présidentielle est omniprésente dans la perspective du XXème congrès du PCC  l’année prochaine. Il s’agit aussi de préparer le terrain à une éventuelle prolongation du mandat du numéro un chinois. Sur les smartphones, l’application Xuexi Qiangguo se traduit par Étudier une nation forte. L’étude du Xijinpinisme, « est à la fois une tâche politique et un projet théorique majeur », surligne l’agence Chine Nouvelle. Des centres en province, à Shanghai, à Canton…18 institutions ont pour mission de promouvoir l’idéologie du secrétaire général du PCC.

le Vin, le Rouge, la Chine

Mis à jour depuis 7 ans : Les 170 vignobles français achetés par les Chinois sont décrits : 158 Châteaux de Bordeaux, 10 vignobles en France, 2 Maisons de cognac.
Pourquoi ces vignobles sont-ils en vente ? Pourquoi les Chinois les achètent-ils ?
255 pages et 350 photos de Laurence Lemaire, préfacées par Alain Juppé et Alain Rousset.
Version numérique en PDF mise à jour au quotidien – 8€, et sa version papier en librairie mise à jour tous les 6 mois sont en vente sur ce blog et sur le site www.levinlerougelachine.com

livre-lemaire-vin-chine

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Connexion

Mot de passe perdu ?

error: Contenu protégé