Un Château chinois aux Prud’hommes : Vignobles des Quatre vents

Vin-blanc-chinoise-lemaire-hebdo-chine
Vins – la Chine se met au Blanc
20/07/2017
Fauchey-chateau-lemaire-hebdo-vin-chine
Château Fauchey est chinois
29/07/2017

27 07 17 – le Vignobles des Quatre vents vit une situation de crise. Il semblerait qu’il y ait un problème de politique interne au sein du groupe chinois Wu Nu Shan filiale de LEC. Les salariés français paient leur combat de chefs

Un Château chinois aux Prud’hommes : Vignobles des Quatre vents

Lina-fan-Clos-lemaire-hebdo-vin-chine

Une société d’Etat chinoise pour le vin de Bordeaux

En Chine, il y a une société d’État pour chaque province, qui gère l’Energie et investit dans les sources énergétiques : électrique, éolienne, thermique et solaire. Pour la province de Liaoning, c’est la société LEC Liaoning Energy Investment créée en 1985 par le gouvernement populaire. Devenue une filiale de LEC en 2001, Wu Nu Shan possède en Chine un domaine viticole qui produit du Vin de glace.
Le 20 février 2014, Wu Nu Shan a acheté les propriétés bordelaises de Luc Thienpont, soit 48 hectares de vignes et forêts et ses stocks de vins.  « Investir dans un vignoble n’est pas un achat immobilier, me disait Lina Fan, qui sera nommée directrice adjointe des Vignobles ; ici, tous les ans, il faut travailler, produire, se remettre en question. Ce n’est pas un stock de richesses. Nous avons cherché longtemps un vignoble de qualité. Après cinq voyages avec les membres du groupe nous avons sélectionné les domaines de Luc Thienpont qui ont un bon potentiel. » C’est Lina Fan, avec sa société d’acquisitions Capital prestige qui avait conseillé la transaction. Jingdong Ma est nommé directeur général de Vignobles des Quatre vents ; il a déjà géré les domaines viticoles chinois de Wu Nu Shan. L’équipe française du Vignobles des Quatre vents, déjà en place lors du rachat par ce groupe chinois, est maintenue.

La crise

Depuis plusieurs mois, depuis le changement de présidence du Groupe en Chine, le Vignobles des Quatre vents vit une situation de crise. « Les premiers à souffrir du désordre constaté sur place sont les salariés. Sous le sceau de l’anonymat, les témoignages recueillis sur place et autour évoquent des salaires payés avec trois à quatre mois de retard » écrit Julien Lestage pour Sud-Ouest. Hongguang Lyu a remplacé Jingdong Ma à la direction des Vignobles en avril 2016. Sans connaissances viticoles, ce nouveau gestionnaire s’est peu intéressé à ses vignes, souhaitant plus afficher le nom de Margaux et la piscine du domaine pour organiser des réceptions. Il est repartit en Chine 3 mois après son arrivée. Sans directives, l’argent reste bloqué : en cuve, le millésime 2015 attend sa mise en bouteilles, les vignes sont peu entretenues. Cette gestion à distance ne convient pas du tout au salariés.
Hongguang Lyu revient donc à Margaux en juin 2017 et nomme un chauffeur au poste de directeur administratif et financier. Il organise des repas copieux et des voyages à Paris, sur le compte de l’entreprise.

Lina-fan-gerant-lemaire-hebdo-vin-chineHongguang Lyu directeur général de Vignobles des Quatre vents

Le 23 août 2017, Colette Goinere pour le journal Vitisphère cite Claude Gaudin, directeur de Vitigestion, société de conseil en organisation et gestion d’entreprises viticoles, car la guerre des chefs ne serait pas la seule explication à cette descente aux enfers : « Dans l’agriculture, les scénarios de rentabilité ne peuvent se rapprocher de ceux de l’industrie. En viticulture, il y a des impondérables et des imprévus qui viennent peser sur la trésorerie. Les modalités d’exploitations sont compliquées. Pour les Chinois, c’est un choc de culture ». Le groupe Liaoning Energy Investment ne serait pas le seul à découvrir les difficultés de rentabilité du vin.
Luc Thiempont l’ancien propriétaire a proposé ses services comme conseiller technique ; avec son assistante, il a approché le directeur pour travailler à temps plein aux Vignobles des Quatre vents  : Hongguang Lyu  et lui-même décideraient ainsi d’une nouvelle conduite pour les vignobles ; Rose-Marie Fonseca, ancienne salariée de Luc Thiempont, serait embauchée comme responsable commercial à temps plein. Mais non… 

Les salariés paient le combat des chefs

Hongguang Lyu a quitté le Château à nouveau pour rejoindre le siège en Chine, après avoir nommé Nan Hu au poste de directeur adjoint. Le 2 octobre 2017, la directrice adjointe du Château, Lina Fan, est donc licenciée. Elle est en procès depuis.
Lina Fan, chinoise arrivée en France en 2003, est diplômée d’un master Wine marketing et management de l’école de commerce INSEEC. Avec l’œnologue Eric Boissenot et Jérémie Lurton comme directeur technique depuis mai 2014, tout roulait… Avant…

Lina Fan a donc été remplacée par Nan Hu le 2 octobre 2017.
Jérémie Lurton a déclaré son incapacité de continuer à travailler à son poste, en novembre 2017 * ; il a été remplacé par Maxime Julliot ; venant de la vallée de la Loire et ignorant sur les maladies des vignes bordelaises il a démissionné rapidement. Nan Hu a embauché un ami travaillant au Château Lezongars – de propriétée chinoise, mais à Margaux on n’est pas dans l’Entre-deux-Mers… Et après son départ il ne sera pas remplacé.
Depuis, les vignes sont travaillées par Charlène et Patrick – qui demande à quitter ces vignes.

Quel que soit l’origine du propriétaire, la loi reste française et les salariés licenciés ont saisi les Prud’hommes. Hongguang Lyu ne se rend pas aux convocations : « La situation le fait rire, il se fout de la loi française » me dit une salariée. Ses frais d’avocat se monteraient déjà à 14 000 €. Des ruptures conventionnelles ** ont été adoptées pour d’autres.

Lina-fan-chai-lemaire-hebdo-vin-chinele chai de Clos des Quatre vents © Fabien Bouchereau

Contre toute attente, Vignobles des Quatre vents n’est pas mis en vente, non : plusieurs acheteurs se sont présentés et ont été éconduits. Ainsi, on peut supposer que la nouvelle direction souhaite mettre en place sa propre équipe et évincer l’actuelle, victime de ce ‘’combat des chefs’’.

La situation va-t-elle évoluer dans le bon sens pour le reste de cette équipe. A suivre…

* Le médecin du travail ne peut constater l’inaptitude médicale du travailleur à son poste de travail s’il a réalisé au moins un examen médical de l’intéressé.
** La rupture conventionnelle permet à l’employeur et au salarié en CDI de convenir d’un commun accord des conditions de la rupture du contrat de travail qui les lie. Une procédure légale fixe la rédaction et la validation de la convention. L’employeur n’a pas à fournir de motifs à sa décision de rompre le contrat de travail, ni à respecter la procédure de licenciement fixée par le Code du travail. C’est l’avantage de la rupture conventionnelle qui est bien moins risquée que le licenciement : c’est la quasi-assurance de se séparer d’un salarié sans risquer de se retrouver aux prud’hommes. La rupture conventionnelle permet au salarié de toucher des indemnités sans avoir à passer par une procédure judiciaire longue et coûteuse et dont l’issue ne peut jamais être garantie à 100 %. 

Vignobles des Quatre vents : 7 hectares en appellation Margaux

Le Clos des Quatre vents est doté « de vignes de plus de 80 ans et qui permettent de sortir  des vins extraordinaires » disait Lina Fan. Sur 1,2 hectare entre les communes de Margaux et Soussans, cette AOC Margaux produit une cuvée de prestige, un ‘’vin de Garage’’ bien noté. La Villa des Quatre sœurs, sur 1,4 hectare à Soussans, est son 2nd vin.
Château Tayac Plaisance a 3,5 hectares en AOC Margaux sur 3 parcelles entre Soussans et Tayac. « La vigne a de 60 à 90 ans ; elle est fragile mais subtile. Nous avons revu les parcelles pied par pied, les porte-greffes et les cépages car ces vieilles vignes avaient des ceps mélangés, m’expliquait Lina Fan. Il ne s’agit pas d’arracher pour replanter mais plutôt de réduire la production vers 5 à 7000 bouteilles par an. Pour faire le meilleur ! ».
Bordeaux Z est une parcelle de 8,5 hectares de vignes en bordure de la Gironde. Juste à la limite de l’appellation Margaux il est en appellation Bordeaux supérieur car son sol est argileux et non graveleux. Jérémie Lurton lui imposait les mêmes règles qu’il appliquait aux autres vignobles.
Château Bonneau est une propriété de 26 hectares avec un vignoble de 10 hectares en appellation Haut-Médoc. « Ce vin s’adapte bien à notre marché ; son volume de production est bien plus rentable que notre vignoble de Margaux, qui est petit et cher à exploiter », me disait Lina Fan. 

Lina-fan-jeremie-lurton-hebdo-vin-chine-lemaireLina Fan et Jérémie Lurton © Laurence Lemaire

Vignobles-quatre-vents-nouvel-an-fev-2015-lemaire-hebdo-vin-chineNouvel an chinois au Clos des Quatre vents le 21 février 2015

Vignobles-4-vents-nouvel-an-chinois-2017-Fan-Lurton-Jesus-lemaire-hebdo-vin-chineNouvel an chinois au Clos des Quatre vents le 28 janvier 2017 organisé par Chef Jésus (Hurtado Jésu), Lina Fan et Jérémie Lurton

le Vin, le Rouge, la Chine

Les 146 vignobles français achetés par les Chinois sont décrits : 138 Châteaux de Bordeaux, 6 vignobles en France, 2 Maisons de cognac.
Pourquoi ces vignobles sont-ils en vente ? Pourquoi les Chinois les achètent-ils ?
250 pages et 350 photos de Laurence Lemaire, préfacées par Alain Juppé et Alain Rousset.
Version numérique en PDF – 8€ – mise à jour au quotidien, et sa version papier – 20€ – en librairie mise à jour tous les 6 mois, sont en vente sur le site www.levinlerougelachine.com

livre-lemaire-vin-chine

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Connexion

Mot de passe perdu ?

error: Contenu protégé