Covid 19 – La Chine célèbre sa victoire

xi-jinping-angela-merkel-lemaire-hebdo-vin-chine
Sommet Chine-Europe ce lundi 14 septembre 2020
14/09/2020
sabine-delcour-photos-expo-lemaire-hebdo-vin-chine-1
New Way Of Living – une expo photos sur la Chine par Sabine Delcour
25/09/2020

18 09 20 – Alors que la Covid-19 fait toujours rage aux États-Unis et en Inde, et que l’Europe fait face à un rebond post-estival, la Chine a célébré en grande pompe sa victoire contre le virus le 8 septembre 2020. Depuis plus de 3 semaines, aucun cas de transmission locale n’a été recensé dans le pays. Le Parti est donc bien décidé à capitaliser sur ce succès sans attendre la fête nationale du 1er octobre – une manière de clore ce chapitre épidémique au plus vite pour mieux se concentrer sur l’économie. Source © Le Vent de la Chine

Covid 19 – La Chine célèbre sa victoire

« Le 8 septembre 2020 célèbre la fin du coronavirus en Chine », dit-elle. Une cérémonie officielle a eu lieu au Grand Palais du Peuple à Pékin devant 3 000 invités gardant leurs distances et portant un masque.

xi-medailles-covid-victoire-septembre-lemaire-hebdo-vin-chine

Zhong Nanshan

Le moment fort de cette journée a été la remise de la Médaille de la République – plus haute distinction de l’État, par le Président Xi Jinping à l’expert en maladies respiratoires, l’épidémiologiste Zhong Nanshan âgé de 84 ans – 4ème en partant dee la gauche sur la photo ci-dessus. Il a inspiré confiance à la population dès le début de l’épidémie. Zhong est né le 20 octobre 1936 à Nanjing dans la province du Jiangsu. Il est surtout connu pour avoir géré l’épidémie de SRAS dans la province du Guangdong en 2003. Il est reconnu pour être l’un des 10 meilleurs scientifiques chinois. En 2020, il a publié une étude montrant l’efficacité du traitement de la Covid 19 par la chloroquine.

Zhang Boli, Zhang Dingyu et Chen Wei ont été décorés du titre honorifique de Héros du peuple

Zhang Boli a combiné la médecine traditionnelle chinoise aux médicaments occidentaux.
Zhang Dingyu, directeur de l’hôpital de Jinyintan à Wuhan qui a accueilli le 1er cas connu du pays, était en 1ere ligne pour traiter la Covid 19 ; lui et ses collègues ont traité et sauvé près de 3 000 patients, dont beaucoup étaient gravement malades.
Madame Chen Wei – à gauche sur la photo ci-dessus, major-général à l’unité des risques bactériologiques de l’Armée populaire de libération – la seule femme à ce grade, chimiste de formation, élabore la recherche d’un remède et d’un vaccin.
Plus de 1 500 personnes ont également été distinguées : médecins, infirmières, militaires, la porte-parole Hua Chunying et 14 membres du Parti à titre posthume.

Ils n’ont pas été remerciés et portant…

Li-Wenliang-covid-chine-wuhan-lemaire-hebdo-vin

L’ophtalmologue Li Wenliang a été déclaré martyr le 4 avril 2020, jour de la fête des Morts : dès le 30 décembre 2019, Li Wenliang avait alerté ses collègues médecins sur un virus dont plusieurs patients de son hôpital de Wuhan étaient atteints ; mais le 3 janvier 2020, le bureau de la sécurité publique de Wuhan le mettait en garde pour « avoir fait de faux commentaires sur Internet » ; il perturberait « l’ordre social » avec ses rumeurs ; il lui est demandé de « cesser ces actions illégales sous peine d’être poursuivi par la loi ». Il a même dû s’excuser publiquement. Le 8 janvier 2020, Li Wenliang contractait le coronavirus en soignant un patient infecté. Le 4 février, la cour suprême a dû reconnaître que « cela aurait été une chance si le public avait cru aux rumeurs à ce moment-là, et avait commencé à porter des masques, à prendre des mesures d’hygiène et à éviter le marché des animaux sauvages », mais Li Wenliang est mort à 34 ans le 7 février. Pendant les 5 heures qui ont suivi l’annonce de sa disparition, les messages de protestations ont été si nombreux que les autorités chinoises n’ont pu contenir la colère virale sur les réseaux sociaux. Pékin a échoué dans sa tentative d’empêcher que le docteur Li devienne un héros national. Ils sont toujours des milliers à lui rendre hommage.
Fang Fang, célèbre romancière chinoise, écrit le travail des lanceurs d’alerte comme Li Wenliang dans son livre Wuhan ville close, écrit pendant son confinement de 60 jours. Lire mon article https://www.hebdovinchine.com/fang-fang-journal-wuhan-controverse-coronavirus-explications/

Li-Wenliang-covid-dessin-Patrick-Chappatte-lemaire-hebdo-vin-chineL’art du dessin politique est banni en Chine, mais ce dessin de Li Wenliang du dessinateur de presse suisse Patrick Chappatte, diffusé sur Twitter, a été largement repris sur le réseau chinois Weibo

Ai-Fen-covid-lanceuse-alerte-wuhan-lemaire-hebdo-vin-chine

La docteur Ai Fen – à gauche sur la photo ci-dessus, dirige le service des urgences de l’hôpital central de Wuhan. Elle est l’un des 1ers membres du personnel médical à révéler l’existence du virus au monde extérieur, au début de la pandémie de la Covid-19 : le 28 décembre 2019, la lanceuse d’alerte a partagé son rapport de tests alarmants sur le groupe WeChat des médecins du département, relayé par l’ophtalmologiste Li Wenliang, puis diffusé en masse. Le 1er janvier 2020, Ai Fen signalait l’admission de plusieurs patients par une clinique privée près du marché aux fruits de mer de Wuhan. À la suite de ses déclarations, Ai Fen est interrogée par l’hôpital qui l’accuse de répandre des rumeurs : elle déclare avoir subi « une réprimande sans précédent et très sévère ». Puis, les fonctionnaires ordonnent de falsifier les diagnostics médicaux d’une infirmière infectée, les passant d’infection pulmonaire virale à infection pulmonaire étendue. Le 10 mars 2020, le magazine chinois Les Gens a interviewé Ai Fen et publié l’article avec en titre La lanceuse d’alerte ; mais l’article a du être retiré dans les 3 heures suivant sa publication ; il sera reprit par la Commission nationale chinoise de la santé avec en sous le titre une citation tirée du compte Weibo d’Ai Fen : « Si les médecins avaient été avertis rapidement, ce jour ne serait peut-être jamais arrivé ». Brice Pedroletti écrit dans Le Monde du 13 mars 2020 : « Coronavirus : l’urgentiste chinois Ai Fen révèle les pressions subies pour cacher la gravité de l’épidémie », Julie Zaugg pour Le Temps du 17 mars 2020 : « Comment la Chine a laissé échapper le coronavirus », etc… Ai Fen était toujours en poste à Wuhan le 13 avril dernier.

Le docteur Zhang Wenhong dirige le département des maladies infectieuses de l’hôpital de Huashan à Shanghai ; il est réputé pour son franc-parler.
Le docteur Li Lanjuan, 73 ans, épidémiologiste de renom, a remporté de nombreux prix nationaux pour ses rôles dans la lutte contre les épidémies de SRAS, H1N1 et H7N9.

Le jour de la cérémonie du 8 septembre 2020  

Le président Xi Jinping a inauguré cette cérémonie par un discours-fleuve de plus d’1h10, vantant la réponse efficace du gouvernement, la supériorité du système chinois par rapport aux démocraties occidentales, et réitérant son soutien à l’OMS  (!! lire plus bas). Il a poursuivi en énumérant la longue liste des exportations chinoises de matériel médical (209 000 ventilateurs, 1,4 milliard de combinaisons, 151 milliards de masques). Ainsi,  Xi Jinping estime que la Chine a rempli ses obligations internationales et que son aide a contribué à sauver des millions de vies à travers le monde.

Le vaccin

La Chine met un point d’honneur à être la 1ère à développer un vaccin, avant les européens, russes, australiens et surtout américains. Au niveau international, neuf vaccins sont entrés dans la phase 3 de tests, dernière étape avant la mise en production, et 4 d’entre eux sont mis au point par des laboratoires chinois comme Sinopharm, Sinovac et CanSino, dont 1 devrait être disponible dès décembre prochain. Ces vaccins candidats sont testés depuis juin sur des « centaines de milliers de personnes » comme des employés de firmes d’Etat, de Huawei, des ouvriers et des militaires partant en mission à l’étranger… Les Chinois semblent être convaincus : 97% seraient prêts à se faire vacciner (contre seulement 59% des Français). Près de 2 Chinois sur 3 s’inquiètent tout de même des potentiels effets secondaires, tandis qu’1 sur 10 pense que le vaccin sera inefficace.

Le Président Xi a promis de faire de son vaccin un « bien public mondial », mais il ne s’agit pas pour autant d’en partager le prestige : Oui, la Chine vendra des millions de doses à ses alliés, aux pays qui menacent de dénoncer leurs mauvaises relations, et à ceux qui ne disposent pas d’autre choix, mais Non, pas par l’entremise de l’OMS. La Chine compte sur son futur vaccin pour redorer son blason à l’international et en faire une arme diplomatique.

Le Vent de la Chine

Edité en Chine depuis 1996, Le Vent de la Chine est la seule lettre hebdomadaire d’information générale francophone créée pour les besoins des entreprises et des particuliers ayant des intérêts en Chine. La lecture du Vent de la Chine permet de vous informer et de rester à jour sur toutes les actualités chinoises liées à la politique, l’économie, la finance et les phénomènes de société. 

le Vin, le Rouge, la Chine

Les 170 vignobles français achetés par les Chinois sont décrits : 158 Châteaux de Bordeaux, 10 vignobles en France, 2 Maisons de cognac.
Pourquoi ces vignobles sont-ils en vente ? Pourquoi les Chinois les achètent-ils ?
255 pages et 350 photos de Laurence Lemaire, préfacées par Alain Juppé et Alain Rousset.
Depuis 6 ans : version numérique en PDF mise à jour au quotidien – 8€, et la version papier en librairie mise à jour tous les 6 mois, en vente sur ce blog et sur le site www.levinlerougelachine.com

Livre-mis-a-jour-depuis-6-ans-lemaire-hebdo-vin-chine

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error: Contenu protégé