Le film Valérian de Luc Besson, en Chine

Florence-Forzy-Raffard-bordeaux-ambassadeur-lemaire-hebdo-vin-chine
Florence Forzy-Raffard – ambassadrice à Bordeaux des Capitales de Grands Vignobles
29/08/2017
Quebec-bordeaux-fete-vin-affiche-lemaire-hebdo-chine
Bordeaux Fête le Vin à Québec du 31 août au 3 septembre 2017
30/08/2017

30 08 2017 – Après l’échec retentissant de son film Valérian dans le reste du monde, le réalisateur Luc Besson compte sur le marché chinois pour éviter une catastrophe financière historique

Vendredi 25 août 2017, Valérian est sur les écrans chinois

Valerian-chine-affiche-luc-besson-lemaire-hebdo-vin
D’après l’article de lepetitjournal.com de Pékin

Budget

Luc Besson scrute avec une attention particulière la sortie de son blockbuster en Chine. Si l’exportation de ses films à l’étranger a toujours été un bonus pour le réalisateur, cette sortie sur le marché chinois relève d’une importance capitale pour éviter un drame industriel, car c’est devenu une nécessité : Valérian doit absolument conquérir la Chine pour permettre au distributeur EuropaCorp d’éviter un énorme déficit. La production du film a coûté entre 180 et 200 millions de dollars, ce qui en fait le film le plus cher de l’histoire du cinéma européen. Avec la distribution et l’aspect marketing, l’enveloppe totale s’élèverait à 400 millions de dollars. En toute logique, les attentes sont énormes et la pression quant à la réussite du projet est incommensurable.

Recettes

Les recettes engrangées par le film au box-office sont loin de rentabiliser son budget indécent. Distribué dans le monde depuis fin juillet 2017, l’adaptation de la bande dessinée de Pierre Christin et Jean-Claude Mézières a rapporté 130 millions de dollars, dont seulement 39,3 millions aux Etats-Unis. De gros chiffres peut-être mais qui ne sont pas ceux espérés pour être en bénéfice, ou du moins juste pour rembourser les frais. Même avec les 3,4 millions d’entrées en 4 semaines en France, Valérian reste une désillusion pour Luc Besson. À titre de comparaison, son précédent film Lucy, avait atteint au même stade 100 millions de dollars de recettes aux USA, pour un budget de 40 millions de dollars seulement. Pour le moment, Valérian est un flop industriel et cinématographique.

EuropaCorp et le distributeur chinois Fundamental Films en sauveurs ?

Pour sauver le coup, Valérian doit s’imposer financièrement dans les pays où il n’était pas en tête d’affiche, comme l’Espagne, l’Italie, la Corée du Sud et surtout la Chine. Depuis quelques années la Chine est un marché fondamental pour les studios de cinéma. À l’instar de Terminator ou encore du dernier Pirates des Caraïbes, Valérian espère se renflouer grâce aux spectateurs chinois, après avoir connu un gros fiasco aux Etats-Unis. Mais la tâche s’annonce compliquée, car, même si Valérian rencontre un franc succès en Chine, il sera difficile de dépasser les 300 millions de dollars de recettes qui permettraient de rentabiliser l’ensemble des investissements.

Quoi qu’il arrive, les éventuelles pertes liées au film, qui pourraient atteindre 100 millions d’euros, seront essuyées par EuropaCorp en partie, mais aussi par ses nombreux actionnaires, dont le distributeur chinois Fundamental Films.

Ce dernier a investi plus de 60 millions de dollars dans la société de Besson ; ainsi, Valérian bénéficie d’un réseau et d’une couverture importante en Chine, avec près de 7000 salles qui diffuseraient le film. Des signes en guise de derniers espoirs pour Luc Besson, qui compte sur sa popularité en Chine depuis le succès de Lucy. Le caractère fantastique de Valérian et son casting, composé de stars internationales comme Rihanna, Clara Delevingne et Kris Wu, suffiront-ils à susciter un engouement important chez le public chinois ? Verdict dans les semaines à venir.

Valerian-luc-besson-lemaire-hebdo-vin-chine

Mise à jour du 5 septembre 2017 : Valérian et la Cité des mille planètes réussit sa sortie en Chine, avec 10,8 millions d’entrées cumulées en deux semaines d’exploitation.


le Vin, le Rouge, la Chine

Edition n°12
146 vignobles français achetés par les Chinois sont décrits : 138 Châteaux de Bordeaux, 6 vignobles en France, 2 Maisons de cognac.
Pourquoi ces vignobles sont-ils en vente ? Pourquoi les Chinois les achètent-ils ?
250 pages et 350 photos de Laurence Lemaire, préfacées par Alain Juppé et Alain Rousset.
Version numérique en PDF mise à jour au quotidien, et sa version papier en librairie mise à jour tous les 3 mois sont en vente sur le site www.levinlerougelachine.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error: Content is protected !!