Jacques Chirac et la Chine

livre-lemaire-vin-chine
le Vin, le Rouge, la Chine – le livre et son PDF
27/09/2019
Chine-republique-populaire-70-ans-lemaire-hebdo-vin
70ème anniversaire de la République Populaire de Chine
30/09/2019

29 09 19 – L’ancien président de la République Jacques Chirac est mort le 26 septembre 2019 à l’âge de 86 ans. « Le président Jacques Chirac s’est éteint ce matin au milieu des siens. Paisiblement », a déclaré son gendre Frédéric Salat-Baroux l’époux de Claude Chirac

Jacques Chirac et la Chine

Jacques Chirac était un des grands fauves de la droite française dont la longévité, entre succès brillants et échecs cuisants, a démontré une exceptionnelle capacité de rebond. Il était parvenu à conquérir l’Elysée en 1995 après 2 défaites en 1981 et 1988, pour 12 ans, de1995 à 2007 ; il fut 2 fois Premier ministre, 3 fois maire de Paris, créateur et chef de parti et ministre à répétition. Ses mandats élyséens resteront marqués par son « non » à la 2nde guerre d’Irak, par la fin de la conscription militaire, par la reconnaissance de la responsabilité de l’Etat français dans les crimes nazis, par le passage au quinquennat ; on se souvient de son cri d’alarme « notre maison brûle » face à la dégradation de l’environnement. En 2007, affaibli par un AVC deux ans plus tôt, Jacques Chirac voit triompher Nicolas Sarkozy, pour lequel il est loin de manifester la ferveur indéfectible de son épouse Bernadette.

Jacques Chirac c’est Xi La Ke en chinois

Le général de Gaulle fut le 1er grand leader occidental à reconnaître la République populaire de Chine en 1949. Le 27 janvier 1964, un bref communiqué était publié simultanément à Paris et à Pékin : « Le gouvernement de la République française du Général de Gaulle et le gouvernement de la République Populaire de Chine ont décidé d’établir des relations diplomatiques.» Fidèle héritier du gaullisme, Jacques Chirac a promu le développement des relations sino-françaises au centre de sa politique étrangère.

Les deux pays ont établi en 1997 un partenariat global et un partenariat stratégique global en 2004. Chirac avait averti qu’un Monde soumis à la « logique de puissance » allait inévitablement connaître des turbulences et être plongé dans des conflits incessants. Il préconisait de remplacer la confrontation par le dialogue et la consultation politique, au lieu de recourir à la force ou à l’intimidation par les armes. Chirac avait formellement proposé le concept de « diversité culturelle ». Il avait décidé que le Gouvernement français ne critiquerait plus ouvertement la Chine, mais qu’il communiquerait pas le biais du dialogue et des rencontres. En 1997, grâce à la promotion active de la France, l’Union européenne a commencé à ne plus proposer de motion contre la Chine à la Conférence des Droits de l’homme des Nations unies, ce qui a infligé un sérieux revers à ceux, en Occident, qui cherchaient à nuire à la Chine. Chirac a entrainé les entreprises françaises et l’Union européenne à coopérer étroitement avec le géant renaissant.

« Il avait une connaissance étonnante de la Chine ; c’était un vrai expert capable d’échanger avec les meilleurs spécialistes. Il a laissé une impression très profonde aux Chinois qui l’ont croisé », se souvient Ding Yinfan, ancien journaliste chinois basé à Paris. En 1978, alors maire de Paris, Chirac fut le 1er dirigeant étranger à visiter l’Armée impériale en terre cuite de Xian, en compagnie de Deng Xiao Ping, le petit timonier. Outre ses multiples voyages privés en Chine, Chirac la visita à quatre reprises durant sa présidence, scellant un partenariat stratégique et nouant des liens d’amitié avec son homologue Jiang Zemin, lui aussi bon vivant, amateur de poésie et de musique ; il l’invita en Corrèze au château familial de Bity, avant de visiter le Jiangsu natal du n°1 chinois.
« Ce fut l’âge d’or des relations franco-chinoises. Car il aimait traiter avec des systèmes aux valeurs différentes, alors que la plupart des dirigeants étrangers voulaient imposer une uniformisation occidentale à la Chine, au lendemain de la guerre froide », analyse Ding Yifan, aujourd’hui chercheur au Centre de recherche sur le développement, un think tank gouvernemental. «Jacques Chirac fut le dernier président à suivre une politique étrangère gaulliste. Depuis, la France a perdu de son allure », juge Ding Yifan.

La Chine salue la mémoire de l’ancien président français, un « vieil ami » passionné pour les cultures asiatiques ; les Chinois se souviennent de la connaissance intime et encyclopédique de Chirac pour leur histoire millénaire. Le hashtag #mortduprésidentChirac a été lu 160 millions de fois le jour de son décès.
Le président chinois Xi Jinping a fait part de ses condoléances : « Sa malheureuse disparition est une perte majeure pour la France et les Français, et le peuple chinois a également perdu un vieil ami et bon ami . Il a apporté une contribution significative à l’établissement et au développement du partenariat stratégique global Chine-France en faisant progresser une coopération amicale globale entre la Chine et l’Europe, en stimulant les échanges culturels Orient-Occident et l’apprentissage mutuel et en prônant un monde multipolaire et multilatéral, ainsi que la défense de la paix et de la stabilité dans le monde », a-t-il souligné.. A l’ambassade de France à Pékin, le vice-président chinois Wang Qishan a écrit une lettre en hommage à Jacques Chirac.
Emmanuel Macron doit visiter la Chine en novembre 2019 ; il est attendu de pied ferme.
Sources © AFP et Le Figaro

le Vin, le Rouge, la Chine

Les 166 vignobles français achetés par les Chinois sont décrits : 154 Châteaux de Bordeaux, 10 vignobles en France, 2 Maisons de cognac.
Pourquoi ces vignobles sont-ils en vente ? Pourquoi les Chinois les achètent-ils ?
255 pages et 350 photos de Laurence Lemaire, préfacées par Alain Juppé et Alain Rousset.
La version numérique en PDF mise à jour au quotidien – 8€, et la version papier en librairie mise à jour tous les 3 mois, sont en vente sur ce blog et sur mon site www.levinlerougelachine.com

Chirac-Zemin-mort-lemaire-hebdo-vin-chine
Jacques Chirac et son homologue chinois Jiang Zemin le 23 octobre 1999 dans une rame du TGV, à la gare de Lyon ; suite à cette visite de Jiang Zemin, la Chine avait décidé d’acheter 8 Airbus gros porteurs A340 et 20 Airbus A318 et A319, totalisant un marché d’environ 15 milliards de francs © Georges Gobet / AFP
Chirac-garde-honneur-chine-mort-lemaire-hebdo-vin
Jacques Chirac passe en revue la garde d’honneur chinoise  lors d’une cérémonie de bienvenue le 26 octobre 2006 à Pékin © Andrew Wong / Getty images
Chirac-wang-qishan-mort-lemaire-hebdo-vin-chine
Le vice-président chinois Wang Qishan écrit un mot en hommage à Jacques Chirac © Noel Celis / Pool via Reuters

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

error: Contenu protégé