my bettane + desseauve

Manuel Valls en Chine par Roz
Valls en Chine
02/02/2015
Dernier-loup
Le Dernier loup en Chine
26/02/2015

michel-bettane

my bettane + desseauve

Le Journalisme de promenade par Michel Bettane

Dans my bettane + desseauve le magazine du vin de février 2015, Michel Bettane (en photo) répond à l’attaque des ‘ON’, l’attaque de l’anonymat contre ‘l’entrepreneur’ et ses vidéos.
Pour un critique, rien de plus urticant que la critique. Son texte est révélateur du malaise latent de la presse du vin, et de la suspicion qu’elle inspire aux amateurs. Il faudrait oublier les nécessiteux qui ne peuvent survivre qu’en critiquant systématiquement.

Albert Camus qui exerça le métier de journaliste à l’Alger républicain, au Soir républicain, à Combat et à L’Express, considérait les journalistes comme des historiens au jour le jour, dont le premier souci est la vérité et le journalisme comme le plus beau métier du monde en justifiant son affirmation parce qu’il vous force à vous juger vous-même.

Le journaliste viticole est à la fois critique et se veut parfois reporter avec un publi-reportage plus ou moins subtile dans la présentation. Alors l’indépendance est un territoire extrêmement difficile à baliser pour les journalistes entrepreneurs. Michel Bettane écrit : «L’indépendance est certainement un concept sacré pour la presse, mais pas forcément dans le domaine que l’on croit. L’indépendance véritable naît d’une ascèse qui repose sur deux grandes bases : le savoir et un travail sur soi (…) pour se rendre plus disponible aux faits et rien qu’aux faits».
«Notre travail, chez Bettane et Desseauve, a récemment été qualifié de journalisme de promenade, formule désormais immortelle dont il était facile pour nous de nous moquer sans la même méchanceté, d’ailleurs. Mais voilà qu’on dénonce avec nostalgie dans les mêmes cercles la disparition du journalisme à l’ancienne (et on oublie toutes les suspicions passées). Les mêmes laissent entendre que les nouveaux journalistes «entrepreneurs» sont bien moins indépendants, prisonniers du conflit d’intérêt et d’annonceurs manipulateurs ou vaches à lait, au choix, à moins que les deux réunis ne soient la base du Grand Complot. Quelques esprits influençables peuvent évidemment mordre à la rhétorique de mots dont ils ne connaissent parfois pas la définition exacte, ce qui me conduit à rappeler quelques faits et les principes qui ont présidé au développement actuel de notre  »petite entreprise ». Celle-ci, j’en profite pour rassurer nos détracteurs, ne connaît pas la crise.»
Lire www.mybettanedesseauve.fr/entrepreneur-ce-gros-mot

Lire le Vin, le Rouge, la Chine sur les investissements des Chinois dans les vignobles français : 112 domaines sont décrits. 232 pages et 350 photos de Laurence Lemaire, préfacées par Alain Juppé et Alain Rousset. Versions papier et numérique 8€ seulement sur www.levinlerougelachine.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

error: Contenu protégé