La Chine à Noël

newsletter-chine-laurence-lemaire-hebdo-vin
La Chine – son PIB n°1 ça agace et pourtant
14/12/2014
livre-lemaire-vin-chine
122 domaines viticoles français sont chinois
01/01/2015

La fête de Noël et la religion

La Chine à Noël

En France, il y a 70 ans, Noël était une fête religieuse et une réunion familiale. Les cadeaux n’étaient pas sur-médiatisés ; autour d’un bon repas on s’offrait des oranges et un jouet – les étrennes sont données le 1er janvier. Aujourd’hui, le 25 décembre est sur-commercialisé.
En Chine qui s’occidentalise à outrance est celle des côtes Est et Sud : les pères-Noël vantent les cadeaux devant les vitrines des magasins illuminés, des restaurants proposent des menus spéciaux, Jingle bells résonne à tue-tête et les hôtesses des boîtes de nuit sont déguisées en mères-Noël ; les symboles, guirlandes et sapins sont récupérés de l’Occident.
Le reste de la Chine, sa grande majorité, ne fête pas Noël.
Ses 60 millions de chrétiens, (majorité de protestants, 10% de catholiques et l’église souterraine ; je n’arrive pas à avoir de chiffres eglise-wangfujing-pekinofficiels) répriment le coté ‘’commercial importé d’Occident’’.

Wenzhou, dans la province du Zhejiang, sur la côte Est, au Sud de Shanghai, n’a pas fêté Noël en 2014. La ville est connue pour son importante communauté chrétienne, estimée à un million de personnes. Les prêtres tiennent quatre messes tous les dimanches à l’église Sainte-Trinité ; il y a 2000 autres églises et cathédrales dans la ville.
La tradition de Noël, jugée trop occidentale, a été interdite. Pas question d’organiser un quelconque événement dans les écoles, collèges et lycées. Les autorités locales veulent inciter les jeunes à porter leur attention sur les fêtes traditionnelles chinoises, comme celle du solstice d’hiver cette semaine là, plutôt que de se concentrer sur les fêtes étrangères.
Pour la communauté chrétienne de Wenzhou, Noël est évidemment une célébration religieuse capitale. Elle a été quelque peu gâchée. Déjà en avril 2014, la démolition, sur ordre des Autorités, de l’église protestante de Sanjiang jugée trop vaste, financée sur les deniers de ces fidèles, avait suscité de vives réactions d’indignation et attisé les tensions dans la ville.
Mao pensait pouvoir éliminer la religion, mais ses tentatives ont échoué : la croissance des communautés chrétiennes chinoises est exponentielle depuis sa mort en 1976, et la fin de la Révolution culturelle ; mais c’est aussi dû au travail de nombreux occidentaux envoyés en Chine dans le but d’évangéliser le plus grand nombre de chinois. Ces occidentaux venant essentiellement des États-Unis et du Royaume-Uni, la majorité des églises installées en Chine est protestante. Le gouvernement n’a aucun intérêt à s’en faire des ennemis. Et pourtant, le Parti confirme son athéisme originel et le climat se durcit.

Lire le Vin, le Rouge, la Chine sur les investissements des Chinois dans les vignobles français : 112 domaines sont décrits. 232 pages et 350 photos de Laurence Lemaire, préfacées par Alain Juppé et Alain Rousset. Versions papier et numérique 8€ seulement sur www.levinlerougelachine.com

Photos : Eglise Saint-Ignace à Shanghai – Eglise Wangfujing à Pékin – Eglise de Dali dans le Yunnan

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

error: Contenu protégé