les Vignobles des 4 vents font à nouveau parler d’eux, contre leur gré sans doute

football-griezmann-lemaire-hebdo-vin-chine
Huawei, Ouïghours, Griezmann, Glucksmann et les autres
16/12/2020
Cardin-gobi-2007-lemaire-hebdo-vin-chine-3
Pierre Cardin et la Chine
04/01/2021

17 12 20 – Vignobles des Quatre vents vit une situation de crise depuis trois ans. Les salariés français ont payé le combat de chefs organisé au sein du groupe chinois, propriétaire des domaines. Vignobles des Quatre vents a licencié

les Vignobles des 4 vents font à nouveau parler d’eux, contre leur gré sans doute

Une société d’Etat chinoise pour le vin de Bordeaux

En Chine, il y a une société d’État pour chaque province, qui gère l’Energie et investit donc dans les sources énergétiques : électrique, éolienne, thermique et solaire. Pour la province de Liaoning, LEC Liaoning Energy Investment a été fondée en 1985 par son gouvernement populaire. Devenue une filiale de LEC en 2001, Wu Nu Shan possède en Chine un domaine viticole qui produit du Vin de glace.
Le 20 février 2014, elle a acheté les propriétés bordelaises de Luc Thienpont, soit 48 hectares de vignes et forêts et ses stocks de vins. « Investir dans un vignoble n’est pas un achat immobilier, me disait Lina Fan alors directrice ; ici, tous les ans, il faut travailler, produire, se remettre en question. Ce n’est pas un stock de richesses. Nous avons cherché longtemps un vignoble de qualité. Après cinq voyages avec les membres du groupe nous avons sélectionné les domaines de Luc Thienpont qui ont un bon potentiel. » C’est Lina Fan, avec sa société d’acquisitions Capital prestige qui avait conseillé la transaction.

vignobles-4-vents-lemaire-hebdo-vin-chine

La crise de 2017

Il y a eu un réel problème de politique interne au sein du groupe chinois, dû au changement de présidence. L’équipe française de Vignobles des Quatre vents, déjà en place lors du rachat des domaines par ce groupe chinois, avait été reconduite par son ancien président. Mais le 2 octobre 2017, la directrice adjointe Lina Fan a été licenciée de son poste : « Ma démission a été demandée par la société mère : Liaoning Energy Group et son nouveau président Guo Hongbo ». Un procès est toujours en cours depuis.
« Les premiers à souffrir du désordre constaté sur place sont les salariés. Sous le sceau de l’anonymat, les témoignages recueillis sur place et autour évoquent des salaires payés avec trois à quatre mois de retard » écrivait Julien Lestage pour Sud-Ouest.
Le fonctionnaire chinois Lyu Hongguang a remplacé Jingdong Ma : il a été nommé gérant des Vignobles en avril 2016, mais il s’est peu intéressé à ses vignes, souhaitant plus afficher le nom de Margaux et la piscine du domaine pour organiser des réceptions. De nombreux voyages de loisirs à Paris et en Province ont été organisés sur le compte de l’entreprise. Lassé de ne pas comprendre le français et l’anglais, il a même nommé le chauffeur comme directeur administratif et financier, avant de repartir en Chine en juin, trois mois après son arrivée. Sans connaissances viticoles, ni directives, l’argent restait bloquée : en cuve, le millésime 2015 attend sa mise en bouteilles, les vignes sont peu entretenues.
Le 23 août 2017, Colette Goinere pour le journal Vitisphère cite Claude Gaudin, directeur de Vitigestion, société de conseil en organisation et gestion d’entreprises viticoles, car la guerre des chefs ne serait pas la seule explication à cette descente aux enfers : « Dans l’agriculture, les scénarios de rentabilité ne peuvent se rapprocher de ceux de l’industrie. En viticulture, il y a des impondérables et des imprévus qui viennent peser sur la trésorerie. Les modalités d’exploitations sont compliquées. Pour les Chinois, c’est un choc de culture ». Le groupe Liaoning Energy Investment ne serait pas le seul à découvrir les difficultés de rentabilité du vin.
Luc Thiempont l’ancien propriétaire avait proposé ses services comme conseiller technique ; avec son assistante, il a approché le gérant pour être employé à temps plein aux Vignobles des Quatre vents : Lyu Hongguang et lui-même décideraient ainsi d’une nouvelle conduite dans les vignes ; Rose-Marie Fonseca, ancienne salariée de Luc Thiempont, serait embauchée comme responsable commercial à temps plein. Mais non…

Le paiement des fournisseurs et des salaires du personnel n’est plus honoré : 7 salariés déposent plainte au Conseil des Prud’hommes pour réclamer les arriérés.
Lyu Hongguang a quitté les Vignobles pour rejoindre son siège en Chine, après avoir proposé Nan Hu pour reprendre son poste.
Lina Fan a été ‘’remplacée’’ par Nan Hu le 2 octobre 2017 – pour faute grave non justifiée,
et commencera l’omerta.

Les salariés français paient le combat des chefs chinois depuis trois ans

Nommé directeur adjoint des Vignobles, Nan Hu, a licencié des salariés français pour cause de faute grave ou en rupture conventionnelle.
Quel que soit l’origine du propriétaire, la loi reste française et plusieurs salariés ont saisi les Prud’hommes pour licenciements abusifs. C’est pourquoi des ruptures conventionnelles** ont été adoptées pour d’autres.
Aurélie Jacquet était assistante chez Sovex Woltner, spécialisée dans le négoce de Grands Vins de Bordeaux ; elle était assistante de direction au Vignobles des 4 vents depuis 2014, embauchée par Lina Fan, alors directrice adjointe. Après son retour de congés-maternité en 2019, Nan Hu lui a demandé de repeindre la salle de réception. Face à son refus légitime, elle a eu une proposition de rupture conventionnelle, actée le 30 octobre 2020.
Les 3 cas suivants sont à vérifier : licencié ? Pour faute ? En rupture ?
Depuis ses 16 ans, Jonathan avait repris la place de son père retraité des Vignobles. Il aurait été licencié pour faute grave.
Joseph Nouille était salarié des Vignobles depuis plus de 15 ans, avant l’acquisition du domaine par le groupe chinois. Il aurait été licencié pour faute grave.
Le vigneron Jean Marc, recruté par Jérémie Lurton, a été licencié pour un retard 30 minutes à une réunion.
Une ancienne salariée racontait : « On a eu une réunion en octobre et ils ont dit qu’ils n’avaient pas confiance en nous et qu’ils allaient virer des employés »  car la propriété a été cambriolée à plusieurs reprises et il a été constaté le vol du tracteur et de la tondeuse.
Nan Hu se serait aussi félicité de gagner tous les procès et leur déconseillait de saisir le Conseil des Prud’hommes.
Les vigneronnes Catherine et Michèle sont parties en retraite. D’autres salariés avaient déjà quitté l’entreprise :  Jérémie Lurton était le directeur technique des Vignobles. Il a déclaré son incapacité à continuer de travailler à son poste* en novembre 2017. Il a été remplacé par Maxime Julliot ; venant de la vallée de la Loire et ignorant des maladies des vignes bordelaises il a démissionné rapidement. Nan Hu a embauché un ami travaillant au Château Lezongars – de propriété chinoise, mais à Margaux on n’est pas dans l’Entre-deux-Mers… Il ne sera pas remplacé.
Après une formation de un an, Jérémie Lurton a créé en décembre 2018 Jérémie Lurton Médiation. Ainsi, il est à Bordeaux le médiateur et facilitateur de communication entre êtres humains. Il pourrait en apprendre aux Chinois !

Nan Hu

Il vient de Dalian en Chine. Il a étudié le management International des PME et des Territoires à l’Université Montpellier III Paul Valéry. Il était Projects Manager pour Dashang Group qui possède Château Lezongars et Vieux-Château-Landon dans le bordelais ; il collaborait à la gestion de ce dernier en 2013. Nan Hu a remplacé Lina Fan le 2 octobre 2017.
« Certains de ces investisseurs chinois ont conservé leur mentalité chinoise », disait madame Zhang au New York Times le 7 avril 2019. Elle est propriétaire de Château les Chapelains en Gironde où elle vit à l’année. « D’autres ont accepté. ‘’Les propriétaires chinois veulent un résultat rapide, dans deux ou trois ans’’ a déclaré Nan Hu du Clos des Quatre Vents. S’ils ne voient pas les résultats rapidement, ils disent : ‘’Hé, qu’est-ce qui se passe ?’’ »
Madame Xiangxue Meng, l’assistante de Hongguang Lyu, gère les Vignobles depuis le 30 novembre 2019.

vignobles-4-vents-nan-hu-drapeau-lemaire-hebdo-vin-chine

vignobles-4-vents-Nan-Hu-lemaire-hebdo-vin-chineLes deux photos : Nan Hu à droite © Andrea Mantovani pour le New York Times 7 avril 2019

Depuis le premier confinement de 2020

A vérifier : James est au chai, secondé par la tailleuse de vignes Charlène ; aux vues des vidéos, les vendanges manuelles 2020 se sont bien déroulées. Geert, un belge ami de l’ancien propriétaire Luc Thienpont, est maître de chai, Patrick le tractoriste, qui avait quitté Château Labégorce en rupture conventionnelle, est toujours aux Vignobles.

Le Conseil des Prud’hommes n’a toujours pas statué sur les procédures en cours.
Source © elle tient à rester anonyme

Vignobles des Quatre vents

Clos des Quatre vents est doté « de vignes de plus de 80 ans et qui permettent de sortir des vins extraordinaires » me disait Lina Fan. Sur 1,3 hectare entre les communes de Margaux et Soussans, cette AOC Margaux produit une cuvée prestigieuse, un ‘’vin de Garage’’ bien noté.
Villa des Quatre sœurs à Soussans est son 2nd vin.
Château Tayac Plaisance a 3,5 hectares en AOC Margaux sur 3 parcelles entre Soussans et Tayac. « La vigne a de 60 à 90 ans ; elle est fragile mais subtile. Nous avons revu les parcelles pied par pied, les porte-greffes et les cépages car ces vieilles vignes avaient des ceps mélangés, m’expliquait Lina Fan. Il ne s’agit pas d’arracher pour replanter mais plutôt de réduire la production pour faire le meilleur ! ».
Bordeaux Z est une parcelle de 8,2 hectares de vignes en bordure de la Gironde. Juste à la limite de l’appellation Margaux il est en appellation Bordeaux supérieur car son sol est argileux et non graveleux. Jérémie Lurton lui imposait les mêmes règles qu’il appliquait aux autres propriétés.
Château Bonneau est une propriété de 26 hectares avec 13 hectares de vignes en appellation Haut-Médoc. « Ce vin s’adapte bien à notre marché ; son volume de production est bien plus rentable que notre vignoble de Margaux, qui est petit et cher à exploiter », me disait Lina Fan.
Les millésimes 2014, 2015 et 2016 ont été loués par Décanter, par Bordeaux, et lors de concours européens. Les salariés étaient ravis des résultats et se sentaient en sécurité grâce à leur très bon travail.

Index
* Le médecin du travail ne peut constater l’inaptitude médicale du travailleur à son poste de travail s’il a réalisé au moins un examen médical de l’intéressé.
** La rupture conventionnelle permet à l’employeur et au salarié en CDI de convenir d’un commun accord des conditions de la rupture du contrat de travail qui les lie. Une procédure légale fixe la rédaction et la validation de la convention. L’employeur n’a pas à fournir de motifs à sa décision de rompre le contrat de travail, ni à respecter la procédure de licenciement fixée par le Code du travail. C’est l’avantage de la rupture conventionnelle qui est bien moins risquée que le licenciement : c’est la quasi-assurance de se séparer d’un salarié sans risquer de se retrouver aux prud’hommes. La rupture conventionnelle permet au salarié de toucher des indemnités sans avoir à passer par une procédure judiciaire longue et coûteuse et dont l’issue ne peut jamais être garantie à 100 %. 

vignobles-4-vents-vendange-lemaire-hebdo-vin-chineVendanges 2019

Lire aussi mon article du 27 07 17 sur https://www.hebdovinchine.com/chateau-chinois-aux-prudhommes/

le Vin, le Rouge, la Chine

Les 170 vignobles français achetés par les Chinois sont décrits : 158 Châteaux de Bordeaux, 10 vignobles en France, 2 Maisons de cognac.
Pourquoi ces vignobles sont-ils en vente ? Pourquoi les Chinois les achètent-ils ?
230 pages et 350 photos de Laurence Lemaire, préfacées par Alain Juppé et Alain Rousset.
Version numérique en PDF – 8€ – mise à jour au quotidien, et sa version papier – 20€ – en librairie mise à jour tous les 6 mois, sont en vente sur le site www.levinlerougelachine.com

Couverture livre 14 nouvelle edition

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Connexion

Mot de passe perdu ?

error: Contenu protégé