Vin – Chine et Bordelais avec Lili

lascombes-lemaire-laurence-lemaire
les Lascombes – Bordeaux au 7ème ciel
22/10/2016
inde-vin-bordeaux-lemaire
Vin – l’Inde et le Bordelais
23/10/2016

lili-vin-chine-laurence-lemaire

23 10 16 – Près de 75 Chinois possèdent 135 Châteaux en Gironde, voire plus. Li Lijuan est chinoise ; depuis avril 2013 elle gère les transactions avec les clients chinois pour l’agence Maxwell-Storrie-Baynes. Lili connait toutes les attentes et le goût de ces hommes d’affaires

Vin – Chine et Bordelais avec Lili

A la tienne ! en chinois = 干杯 Gān bēi

Li Lijuan

Installée à Bordeaux depuis 2008, Li Lijuan a son master en vin de l’INSEEC. « Le vin ce n’est pas notre culture, dit-elle ; en Chine, les riches investissent dans l’immobilier et dans le thé puisqu’on en boit tout au long de la journée. Dans le bordelais, ils achètent l’Art de vivre, l’ambiance française avec des règles établies, des lois strictes ; le risque est infime et c’est rassurant, alors qu’en Chine, la nouveauté est hasardeuse.» Les vins chinois ne sont pas forcément moins chers que les vins de bordeaux : les coûts de production sont élevés dus à la nouveauté ; les terrains sont chers à cause de la forte densité. C’est aussi pour ça que les Chinois achètent en France. « L’achat de trois vignobles en bordelais par le milliardaire Jack Ma – Alibaba – est la garantie du bon investissement. » « Nous buvons du vin à l’apéritif car avec le Baijiu on ne peut plus conduire ; la tolérance c’est zéro, en France c’est deux verres, poursuit Lili ; on remplace le Baijiu par le vin cul sec ! Gān bēi comme le veut la tradition.» Le Baijiu – l’alcool blanc, était indispensable aux banquets du Parti et aux réunions de famille. A base de céréales, il varie de 40° à 60°. Depuis 1996, le gouvernement chinois encourage la consommation de vin afin de garder cette production pour nourrir sa population croissante.
«Aujourd’hui, les Chinois acceptent qu’on leur transmettre la culture du vin », dit Lili.
«Du plaisir de l’ivresse, célébré par les poètes chinois et obtenu avec n’importe quel alcool, les Chinois passent au plaisir de la dégustation».
Depuis 2013, le chef de l’Etat chinois a imposé fermement qu’il faut «boire avec modération» ; il combat les excès, la corruption et la contrefaçon.  

Voir la vidéo Lili pour Lolo https://www.youtube.com/watch?v=MKYsQb_qLXY

Depuis 2012, l’agence Maxwell-Storrie-Baynes a vendu aux Chinois : Grand Mouëys, Milord (en photos), Quercy, de Birot, Renon, Rousseau de Sipian, Courteiillac, Larquey et un autre en attente de signature fin décembre 2016. Selon Lili, une dizaine de Chinois de la province de Fujian, naturalisés français, auraient achetés des Châteaux.
Tél : + 33 (0) 5 57 84 08 82  www.MaxwellStorrieBaynes.com

Le Thé en Chine

c’est une plante d’origine chinoise. Les Chinois perdurent sa préparation cérémoniale et l’art de sa dégustation. Comme le vin, le goût du thé est déterminé par son terroir. Le palais du Chinois est habitué à l’amertume et aux tanins des thés. A table, avec 10 plats servis ensemble, les boissons favorites sont l’alcool fort, le thé ou la bière ; pour apprécier le vin, il faut servir à l’assiette, et la couleur rouge est symbole de fortune en Chine. Tchin tchin est une expression chinoise qui signifie ‘’je vous en prie’’ ; aujourd’hui, il trinque cul sec en clamant gān bēi ! ‘’videz votre verre’’, à l’opposé de l’art de la dégustation du vin. Pour chasser la mélancolie, rien de meilleur que le vin. Pour détruire les illusions, rien n’égale le thé (Song du Nord).

Le Vin chinois

son économie s’est renforcée depuis 1980. La Chine a importé plus de 6 millions de ceps. La surface viticole est passée de 4% à 11% en 5 ans. Les Européens forment les viticulteurs chinois. Si 85% du vin consommé en Chine est chinois, le pays est la 1ère destination des vins Bordelais ; en juin 2016, il a reconnu 45 appellations bordelaises sur ses 60 et combat ainsi les contrefaçons.
Photos © Laurence Lemaire. Texte publié dans Vivre Bordeaux n°9

le Vin, le Rouge, la Chine

le Vin, le Rouge, la Chine: les 143 vignobles français achetés par les Chinois sont décrits. Pourquoi ces vignobles sont-ils en vente ? Pourquoi les Chinois les achètent-ils ? 250 pages et 350 photos de Laurence Lemaire, préfacées par Alain Juppé et Alain Rousset. Versions numérique en PDF 8€, version papier en librairie et sur le site www.levinlerougelachine.com

livre-lemaire-vin-chine

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error: Contenu protégé