Le vin de la région du Xinjiang en Chine

chateau-hansen-gobi-ouvriers-lemaire-hebdo-vin-chine
Un vignoble, un désert, un français : c’est en Chine
07/04/2021
Jack-Ma-Alibaba-logo-lemaire-hebdo-vin-chine
Alibaba est condamné pour pratiques monopolistiques
10/04/2021

08 04 21 – Aidée par des spécialistes et œnologues occidentaux, la qualité des vins chinois pourrait commencer à nous plaire. Ce n’est pourtant pas une mince affaire étant donnés les conditions climatiques et les sols de la Chine, si variés d’une région à une autre. Des régions viticoles, la Chine en compte une dizaine, certaines plus influentes que d’autres, certaines mieux conditionnées à produire du bon vin, comme c’est le cas du Xinjiang, au nord-ouest du pays, sur l’ancienne Route de la soie

Le vin de la région du Xinjiang en Chine

Dans les années 1990 en Chine, 15 millions de quintaux de céréales étaient utilisés pour produire de l’alcool : le baijiu. Pour restituer à cette céréale sa fonction première : être consommée au lieu d’être bue, le Gouvernement chinois a relancé la culture de la vigne en 1987 : 600 vignobles pour 400 000 hectares de vignes ont été plantés mais sans véritable notion de terroir ou de qualité : juste pour faire du vin, un désinhibant qui préserve le lien social.

Chine-carte-vins-lemaire-hebdo

La région du Xinjiang

A la frontière avec la Mongolie et le Kazakhstan, la région du Xinjiang, qui se traduit par nouvelle frontière ou nouvelle marche, est trois fois plus grande que la France – elle s’étend sur 1 660 001 km2 et occupe un sixième du territoire chinois. Le Xinjiang comprend une vaste plaine, le désert du Taklamakan, et surtout la dépression du Tourfan : cette dépression est le 4ème point le plus bas du monde, à 154m en dessous du niveau de la mer. Le climat y est très particulier, continental, chaud et aride, il est étouffant à l’été, glacial à l’hiver. Sur son sol majoritairement sableux, la sécheresse est importante, les précipitations y étant très faibles – entre 20 et 70 mm de pluie à l’année. On observe donc, dans le Xinjiang, des paysages lumineux qui ne sont obscurcis que par les tempêtes de sable.
Pourtant, dans cette sécheresse, dans cette région oasis, l’agriculture est possible grâce à un système d’irrigation élaboré qui emmène l’eau des montagnes Tian Shan par des canaux souterrains. Il ne pousse bien entendu pas de la vigne partout dans le Xinjiang : 100.000 hectares de vignes ont été sélectionnés sur des sols irrigables.
A l’arrivée de l’hiver, la vigne demande une énorme main d’œuvre afin de tailler des sillons de 50 mètres de profondeur sous la terre – comme des raies d’irrigation dans lesquels les paysans enfouissent les souches jusqu’au printemps pour éviter qu’elles ne pourrissent.
L’encépagement du Xinjiang se base sur les classiques français : Merlot, Cabernet Sauvignon, Pinot noir, Chardonnay, Riesling. A ces cépages, on peut ajouter un autochtone, le Riou Ding Xiang aux arômes muscatés pour l’élaboration d’un vin blanc doux.
On entend dire que les vins de cette région manquent d’acidité, de structure du au terroir, et ont un taux d’alcool trop élevé. Ce n’est pas le cas du vignoble très travaillé de Puchang :

Le vignoble de Puchang au Xinjiang

Oasis dans le désert, le vignoble de Puchang a été créé en 1975 dans la vallée de Turpan, dans la province du Xinjiang. Le propriétaire, l’homme d’affaires de Hong Kong KK Cheung a re-créé Puchang en 2008 avec la conviction que le paysage du Xinjiang et l’accent mis sur la vinification créeront des conditions favorables à la production de vin biologique de haute qualité.

Clara-Wang-Puchang-Xinjiang-lemaire-hebdo-vin-chine

Clara Wang, en photo ci-dessus, la fille aînée de la famille, dirige le domaine. Née en Chine continentale, élevée à Hong Kong et au Canada, Clara a travaillé pour le Programme alimentaire mondial des Nations Unies pendant 14 ans avant de retourner à Hong Kong en 2016. Elle s’efforce de promouvoir Puchang et ses produits sur les plateformes nationales et internationales.
Loris Tartaglia est le vigneron en chef du domaine : maîtrise de chimie, maîtrise en vinification de l’Université de Sienne en Italie, il travaille depuis 2004 aux États-Unis, en Nouvelle-Zélande, Amérique du Sud et en Europe, puis en Chine. William Thomas, son adjoint, est diplômé de l’Université de Montpellier avec une maîtrise en viticulture et en œnologie. Il a travaillé dans des vignobles du monde entier. Il parle couramment chinois.

Puchang-Turpan-vignoble-lemaire-hebdo-vin-chine

Avec une latitude de 41 ° à 43 ° N, le vignoble de Puchang partage la même latitude avec certaines des meilleures régions viticoles du monde, comme Bordeaux sur le 45ème parallèle.

Composé de cinq parcelles pour un total d’environ 67 hectares Puchang se concentre sur la viticulture biologique et travaille également avec des raisins locaux distinctifs pour présenter le goût du terroir du Xinjiang. Grâce au climat désertique extrême, cette terre est pratiquement exempte de parasites. Puchang est certifié par Ecocert en Bio. « Nous travaillons à travers des processus écologiques, en utilisant uniquement des substances biologiques non chimiques pour cultiver des cépages locaux et produire des vins de qualité supérieure avec un faible niveau de sulfites. » Aujourd’hui, Puchang est primé lors de concours internationaux de vin.

le Vin, le Rouge, la Chine

Les 170 vignobles français achetés par les Chinois sont décrits : 158 Châteaux de Bordeaux, 10 vignobles en France, 2 Maisons de cognac.
Pourquoi ces vignobles sont-ils en vente ? Pourquoi les Chinois les achètent-ils ?
230 pages et 350 photos de Laurence Lemaire, préfacées par Alain Juppé et Alain Rousset.
Depuis 6 ans, la version numérique en PDF est mise à jour au quotidien – 8€, et la version papier en librairie est mise à jour tous les 6 mois ; elles sont en vente sur ce blog et sur mon site www.levinlerougelachine.com

livre-lemaire-vin-chine

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Connexion

Mot de passe perdu ?

error: Contenu protégé