Château de Bargylus – le vin de Syrie est à Lyon

vendanges-savoir-vin-lemaire-hebdo-vin-chine
Les Vendanges du Savoir à La Cité du Vin de Bordeaux
19/12/2016
cite-du-vin-bassin-lemaire-hebdo-vin-chine
La Cité du Vin, le programme de janvier 2017
22/12/2016

syrie-vin-02-lemaire-hebdo-vin-chineLe Domaine de Bargylus est la seule propriété viticole de Syrie.
Il faisait partie de la collection Same but different du Salon Prowein de mars 2016, car il est un vignoble de guerre. Le Salon récompensait le maintien de sa production qualitative malgré un contexte des plus instables et dangereux.

Château de Bargylus – le vin de Syrie est à Lyon

Le Domaine de Bargylus a été créé en 2003 sur la montagne qui surplombe la ville de Lattaquié (face à Chypre). La famille Saadé vit avec la guerre à proximité, depuis 2011. Elle est chrétienne orthodoxe et continue de travailler et vinifier son vignoble de 12 hectares, malgré le conflit syrien qui pèse sur le fonctionnement quotidien du domaine.
La région de Lattaquié est sous contrôle des forces loyalistes au régime syrien. Des de tirs éclatent, des bombes tombent dans les vignes. La famille se démène pour continuer à exporter ses vins car 35 familles d’ouvriers de toutes religions comptent sur eux. «On continuera tant que l’on pourra», dit Sandro Saadé.
Johnny, le père, avait développé des activités dans les transports, puis dans les domaines vinicole, touristique, immobilier et financier. Les Saadé – d’origine libanaise, ont perdu leurs terres en 1960 lorsque le régime égyptien de Nasser les a expropriés. En 1998, ils voulaient investir dans un vignoble à Bordeaux, la terre promise, mais ils ont préféré rester au pays.

Pendant 5 ans, Karim et Sandro, les fils, ont étudié les terroirs favorables à la vigne en Syrie et au Liban.
La famille Saadé a créé le Château Marsyas, un vignoble de 65 hectares au Liban sur des terres vierges de la plaine de la Békaa.
L’antique cité d’Antioche n’est pas loin du Château Bargylus ; en Syrie, les anciens faisaient pousser des vignes là, il y a 3000 ans déjà.
Leurs deux propriétés sont conseillées par le bordelais Stéphane Derenoncourt : «Bien qu’original, j’ai été immédiatement séduit par le projet syrien qui consistait à créer un vignoble sur des parcelles ayant connu la vigne pendant l’antiquité. La vision de la 1ère visite sur les lieux fut un choc devant la beauté du site et la mosaïque des terroirs : tout était alors réuni pour se lancer dans cette belle aventure». Le Bargylus rouge est composé de syrah, cabernet et merlot, le blanc de chardonnay et sauvignon.
Dans un paysage baigné de lumière, l’architecte de Libourne, Serge Lansalot a réalisé un chai moderne pour le domaine de Bargylus, équipé des installations œnologiques les plus performantes. Il s’élève au centre d’une oliveraie avec des vastes salles de dégustation panoramiques.

L’export

Du Liban, les frères ne peuvent plus traverser la frontière en raison du ralentissement des autorisations. «Nous avons suivi les vendanges par téléphone, les échantillons ont été régulièrement envoyés à Beyrouth et à Bordeaux pour analyses.» «Mon frère avait commandé suffisamment d’étiquettes, de capsules et de bouchons pour tenir deux ans, si jamais la guerre durait. Il a bien fait.»
Le vin est produit et embouteillé dans le domaine Bargylus en Syrie par 35 ouvriers des régions voisines, et de toutes confessions ; leur salaire a été indexé sur le dollar américain face à la dégringolade de la livre syrienne.
Le coût relativement élevé de la bouteille s’explique par les contraintes de transport et d’assurance. 50 000 bouteilles destinées à l’export sont produites à l’année. Le vin passe par Port-Saïd en Égypte ; les containers réfrigérés mettent 45 jours pour relier Anvers en Belgique où ils sont stockés. Sinon, il va à Tripoli par la route, mais c’est une zone de fréquents combats, avant d’être acheminé en avion à Anvers. Château Bargylus est vendu en Grande-Bretagne, à Malte, Dubaï et Istanbul, New York et Paris, bientôt en Chine et au Japon, et depuis peu à Lyon.
Domaine de Bargylus : Aramo, Deir Touma, Lattaquié Syrie
Immeuble Burotec, rue Pasteur Saifi, Beyrouth Liban
Tel : + 961 1 442 082 / 443 756 www.bargylus.com

syrie-vin-01-lemaire-hebdo-vin-chine

Château Bargylus à Lyon

Château Bargylus est proposé à la carte du restaurant La Table d’Althusser, ouvert à Lyon par une famille de réfugiés syriens de la ville de Lattaquié. «Quand ce parfum m’arrive sous le nez, j’ai l’impression d’être transporté là-bas et ça me fait du bien» confie en français Bader Zakarya, ancien prisonnier politique syrien. La famille a obtenu le statut de réfugié politique en février 2015 pour échapper aux menaces de mort en Syrie. Ils ont ouvert le restaurant en mai 2016 à Lyon.
La bouteille de Bargylus à emporter 50 € le blanc, 70 € le rouge. «10 € le verre c’est le prix du conflit et du soutien aux ouvriers de Lattaquié» Ce vin se déguste avec toute la sobriété réfléchie qu’impose sa provenance.
La Table d’Althusser 43 rue Paul-Bert Lyon. Ouvert tous les jours midi et soir sauf le dimanche. Tout est cuisiné par la famille.

syrie-vin-03-lemaire-hebdo-vin-chine

Bader et Gladiss Zakarya, avec leurs enfants Ziad et Elissa © Stéphane Guiochon
Karim et Sandro Saadé et le vignoble © Bargylus

Lire le Vin, le Rouge, la Chine : 145 vignobles français achetés par les Chinois sont décrits, dont 137 châteaux bordelais. Pourquoi ces vignobles sont-ils en vente ? Pourquoi les Chinois les achètent-ils ? 250 pages et 350 photos de Laurence Lemaire, préfacées par Alain Juppé et Alain Rousset. Mises à jour régulières de la version numérique 8€, et tous les 3 mois pour la version papier 20€, en vente en librairie et sur le site www.levinlerougelachine.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

error: Contenu protégé