Les châteaux Bordelais du Parc, Gaby et Moya sont Américains

beaujolais-nouveau-macao-laurence-lemaire-hebdo-vin-chine
La fête du Beaujolais Nouveau à Macao le 17 novembre 2016
28/10/2016
La Cité du Vin de Bordeaux s’associe à l’Institut Culturel de Google
28/10/2016

Château Gaby et Château Moya avec leurs stocks ont été achetés par l’américain Tom Sullivan. Les ventes ont été annoncée le 25 octobre 2016 par Maxwell-Baynes-Vignobles, spécialiste des transactions viticoles dans le Bordelais et affilié exclusif de Christie’s International Real Estate. Tom Sullivan est également propriétaire de Château du Parc

Les châteaux Bordelais du Parc, Gaby et Moya sont Américains

Lumber Liquidators est une entreprise de bois d’œuvre pour les sols, créée en 1994 par Tom Sullivan. En 2008, il a lancé Cabinets To Go pour le mobilier de cuisine et de salle de bains. Proton / SunHydro est sa société d’énergie solaire et de carburant à l’hydrogène depuis 2010, avec le 1er poste de ravitaillement en hydrogène sur l’autoroute de la côte Est américaine.

Château du Parc, Grand cru de Saint-Emilion, a été vendu en septembre 2016 par Françoise et Alain Raynaud. Situé sur la commune de Saint-Sulpice-de-Faleyrens, ses 5,25 hectares sont en AOC Saint-Emilion.
Figure incontournable de Bordeaux, Alain Raynaud a fondé le Grand Cercle des Vins de Bordeaux en 2013 ; il a présidé l’Union des Grands Crus de Bordeaux de 1991 à 2000. Il avait acheté le domaine en avril 2011, mais des obligations personnelles l’obligent à s’en séparer. Il a appliqué sur ses propres raisins les gestes et les méthodes qu’il a perfectionnés à travers le monde. Alain Raynaud reste à la direction de Château du Parc pour conseiller les prochains achats de l’investisseur américain Tom Sullivan.

David Curl, financier canadien, avait acheté Château Gaby et Château Moya en 2006 et 2008 ; il a agrandit le domaine, amélioré les infrastructures et rénové la résidence de Château Gaby. Il a aussi converti les deux vignobles en agriculture raisonnée et biologique, et les a cédé à Tom Sullivan après les vendanges 2016.
David Curl est propriétaire de Moya Meaker, propriété sud-africaine de 5 hectares de vignes et 220 hectares de pommiers dans la région du Cap.
Château Gaby (en photos) a 17,5 hectares de vignes en AOC Canon Fronsac ; situé à Fronsac, son panorama sur la vallée de la Dordogne est superbe. «Ce n’est pas le domaine le plus connu du Fronsadais, mais c’est assurément l’un des plus réguliers, lit-on en avril 2016 dans le quotidien Sud-Ouest. Le Château Gaby produit chaque année un vin parfaitement équilibré, à la fois charnu et fin, à la structure tannique remarquable. Du 2012, on appréciera la densité du jus et la petite note poivrée et fraîche en arrière bouche.»
Château Moya a 8,2 hectares de vignes en AOC Castillon Côtes de Bordeaux. Située à Sainte-Colombe, la propriété a été découverte par Damien Landouar fin 2008, exceptionnelle voisine immédiate de Saint-Emilion. Un nouveau chai a été construit avec 50% de cuves bois et 50% de cuves inox. Depuis le millésime 2009, les vins de Moya s’exportent partout dans le monde. Ils sont certifiés Bio par Ecocert depuis le millésime 2013. Le montant de la transaction des deux domaines se situerait entre 8 et 12 M€.

Damien Landouar vinifie Gaby depuis 1999 et Moya depuis 2009. Il reste directeur d’exploitation et élargira son rôle en supervisant les 3 vignobles de Tom Sullivan. «Monsieur Sullivan et moi-même partageons la même passion pour le vin ainsi que l’agriculture biologique, dit-il. Il apprécie les aliments biologiques depuis l’âge de ses vingt ans et il a le sentiment que les consommateurs américains développent un intérêt croissant pour ces produits. Un nouveau programme d’investissement sera mis en œuvre afin de proposer des vins de plus grande qualité que nous aimerions présenter dans les prochains mois sur le marché américain ».

Après ces achats, Tom Sullivan a acheté Château Auguste. Lire l’article sur https://www.hebdovinchine.com/chateau-auguste-tom-sullivan/


Les Américains sont les 3èmes investisseurs dans les vignobles bordelais, après les Belges et les Chinois.
le Vin, le Rouge, la Chine : 145 vignobles français achetés par les Chinois sont décrits. Pourquoi ces vignobles sont-ils en vente ? Pourquoi les Chinois les achètent-ils ? 250 pages et 350 photos de Laurence Lemaire, préfacées par Alain Juppé et Alain Rousset. Versions numérique en PDF 8€ mise à jour au quotidien, version papier en librairie et sur www.levinlerougelachine.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

error: Contenu protégé